Le point Vétérinaire n° 247 du 01/07/2004
 

CHIRURGIE DES BOVINS, DES OVINS ET DES CAPRINS

Se former

CONDUITE À TENIR

Dominique Remy*, Bérangère Ravary**


*Pathologie médicale du bétail
et des animaux de basse-cour
ENVA
7, av du Général-de-Gaulle
94700 Maisons-Alfort

La ruminotomie pourrait être plus souvent utilisée comme un moyen thérapeutique, mais aussi diagnostique chez des ruminants de grande valeur économique ou de compagnie.

Résumé

Les étapes essentielles

Étape 1 : Penser à proposer une ruminotomie

- météorisation, intoxication, acidose aiguë, ingestion de matière plastique, de pierres ou de sable

- indigestion vagale

- météorisations chroniques

Étape 2 : Réaliser la ruminotomie : attention à l’aseptie

- deux trousses d’instruments et deux casaques pour l’opérateur

- laparotomie adaptée : assez crâni(oventr)ale

- fixation du rumen à la peau (surjet)

- exploration +/- vidange

- fermeture

Étape 3 : Soins postopératoires et complications

- antibiothérapie

- adhérences

- péritonites rares

Avec l’évolution des conditions d’élevage, de la réglementation et des conditions d’exercice rural, les indications de la ruminotomie évoluent. Cet acte reste plus facile à proposer sur des animaux de grande valeur économique (troupeaux sélectionneurs) ou sentimentale (petits ruminants de compagnie). La ruminotomie est parfois la seule alternative économique à l’euthanasie, en l’absence d’abattage d’urgence des animaux malades.Première étape : penser à proposer une ruminotomie • Dans un contexte d’urgence, la ruminotomie est relativement facile à proposer [b] (voir le TABLEAU “Indications par ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous