Le point Vétérinaire n° 246 du 01/06/2004
 

AFFECTIONS DIGESTIVES CHEZ LE CHIEN ET CHEZ LE CHAT

Se former

COURS

Catherine Folliot*, Martine Kolf-Clauw**


*La Basse Croix,
53200 Loigné-sur-Mayenne
**Pharmacie-Toxicologie,
ENVT, 23, ch des Capelles,
31076 Toulouse Cedex 3

Certains prokinétiques humains, prouvés comme étant plus efficaces que leurs analogues vétérinaires ou comme ayant moins d’effets indésirables, peuvent être indiqués chez le chien et chez le chat.

Résumé

Le traitement de l’hypomotricité digestive fonctionnelle est fondé sur l’usage de prokinétiques et de laxatifs. Des prokinétiques humains peuvent compléter l’arsenal thérapeutique vétérinaire :

- le cisapride(1) un agoniste de la sérotonine, semble plus efficace que le métoclopramide et la dompéridone dans le traitement du reflux gastro-œsophagien. Il est également indiqué pour traiter des constipations et des mégacolons idiopathiques ;

- l’érythromycine(1) à faible dose stimule le péristaltisme antérograde. Elle est donc indiquée lors de reflux gastro-œsophagien et recommandée lors de troubles moteurs réfractaires aux autres prokinétiques.

- la ranitidine(1) et la nizatidine(1) sont des antisécrétoires qui possèdent également des propriétés parasympathomimétiques. Ils semblent efficaces lors de gastroparésies et lors de troubles de la motricité du côlon.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...