Le point Vétérinaire n° 245 du 01/05/2004
 

AFFECTIONS DIGESTIVES CHEZ LE CHIEN ET CHEZ LE CHAT

Se former

COURS

Catherine Folliot*, Martine Kolf-Clauw**


*La Basse Croix,
53200 Loigné-sur-Mayenne
**Pharmacie-Toxicologie,
ENVT, 23, chemin des Capelles,
31076 Toulouse Cedex 3

Dans la limite des règles de la prescription hors AMM “en cascade”, les anti-ulcéreux humains complètent utilement l’arsenal thérapeutique vétérinaire.

Résumé

Les ulcères des chiens et des chats peuvent nécessiter le recours à des médicaments humains. Ils sont dus à un excès de sécrétion d’acide gastrique ou à une atteinte de la muqueuse intestinale. Le traitement est donc fondé sur l’administration d’antisécrétoires ou de cytoprotecteurs.

Parmi les antisécrétoires humains :

- les antagonistes des récepteurs H2 (anti-H2) sont efficaces sur les gastrites urémiques, les ulcères gastriques et duodénaux, les œsophagites de reflux et les gastrites érosives ;

- les antagonistes de la pompe à protons semblent sûrs et efficaces lors d’œsophagite, de gastrite érosive et d’ulcère gastrique.

- le misoprostol est utile lors d’ulcères réfractaires aux anti-H2 ou induits par les AINS.

- le sucralfate, très sûr d’utilisation, serait aussi efficace que les anti-H2 sur les ulcérations gastro-intestinales.

Le traitement symptomatique peut faire appel à des antivomitifs humains.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...