Le point Vétérinaire n° 243 du 01/03/2004
 

NEUROLOGIE DU CHIEN

Pratiquer

CAS CLINIQUE

Sébastien Behr*, Laurent Cauzinille**


*Clinique Frégis
43, avenue Aristide Briand
94110 Arcueil
**Clinique Frégis
43, avenue Aristide Briand
94110 Arcueil

Chez une chienne aphone et tétraparétique, une analyse du liquide céphalorachien, associée à une électromyographie et à une électroneurographie, permettent d’établir un diagnostic de polyradiculonévrite aiguë idiopathique.

Résumé

Une chienne fox-terrier est référée pour une tétraparésie et une aphonie. Les prises alimentaires et d’eau ne se font plus spontanément. Le tableau neurologique est de type motoneurone périphérique (MNP) sur les quatre membres. Les hypothèses diagnostiques sont : une polyradiculoneuropathie, une myasthénie, une myopathie, un botulisme ou une intoxication. L’électromyographie et l’électroneurographie réalisées sont en faveur d’une polyradiculonévrite aiguë idiopathique (PAI). L’hospitalisation de l’animal permet de prévenir une éventuelle paralysie des muscles respiratoires et d’instaurer une alimentation forcée et une physiothérapie. Après cinq jours, la chienne est rendue à son propriétaire  à deux mois, elle a récupéré à 95 %. Une PAI doit être suspectée lors d’atteinte symétrique de type MNP sur les quatre membres. Une origine immune est probable. Le diagnostic lésionnel est permis par l’étude électrodiagnostique. Aucun traitement spécifique n’est disponible, mais le pronostic est favorable avec le temps.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...