Le point Vétérinaire n° 242 du 01/01/2004
 

ENDOCRINOLOGIE DU CHIEN ET DU CHAT

Se former

COURS

Catherine Demory

Chemin de la Chaux
69120 Lentilly

L’hyperparathyroïdie secondaire est une complication fréquente de l’insuffisance rénale chronique. Seul le dosage de la parathormone permet le diagnostic de certitude.

Résumé

La parathormone (PTH) augmente la réabsorption rénale du calcium, diminue celle du phosphore, stimule la synthèse rénale de la vitamine D active, provoque une mobilisation du calcium osseux et inhibe la production et l’activité de l’érythropoïétine. Un hyperparathyroïdisme secondaire peut apparaître en réaction aux troubles métaboliques lors des stades III et IV d’insuffisance rénale chronique (IRC). La diminution de la production de vitamine D lève le rétrocontrôle négatif sur la PTH. Cet hyperparathyroïdisme est d’abord compensé par la synthèse de calcitriol qu’il induit. La biosynthèse de calcitriol n’étant plus assurée au stade ultime d’IRC, les parathyroïdes deviennent ensuite insensibles à tout rétrocontrôle. Les conséquences sont une déminéralisation osseuse, des calcifications ectopiques des tissus mous et une anémie centrale. Le traitement est diététique.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...