Le point Vétérinaire n° 242 du 01/01/2004

SYNDROME DE CUSHING HYPOPHYSAIRE CHEZ UN CHIEN

Pratiquer

SUR ORDONNANCE

Marc Gogny*, Hervé Pouliquen**


*Unité de pharmacologie et de toxicologie, ENVN

Le kétoconazole présente un rapport bénéfice/risque peu favorable dans le traitement du syndrome de Cushing, compte tenu des doses élevées nécessaires.

Un caniche mâle de quatre ans pesant 12 kg est présenté pour polyuro-polydipsie et alopécie. Le tableau clinique est fortement évocateur d'un syndrome de Cushing. Un test de stimulation à l'ACTH confirme l'hyperadrénocorticisme. Aucune corticothérapie n'a été précédemment administrée à l'animal. Pour différencier une éventuelle origine hypophysaire d'une tumeur surrénalienne, une échographie abdominale et un test de freination forte à la dexaméthasone sont réalisés. Les résultats, permettent de confirmer l'hypothèse d'une tumeur hypophysaire sécrétant de l'ACTH.Nizoral® : Inhibition de la stéroïdogénèse, mais ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK