Le point Vétérinaire n° 241 du 01/12/2003
 

RÉTROVIROSES OVINES ET CAPRINES

Se former

COURS

Michel Pépin*, Christian Vitu**, Stephen Valas***, Gérard Perrin****, Pierre Russo*****, Hans-Rudolf Vogt******, Giuseppe Bertoni*******, Reto Zanoni********, Ernst Peterhans*********


*Afssa Sophia-Antipolis,
105, route des Chappes, BP 111,
06902 Sophia-Antipolis Cedex
**Afssa Sophia-Antipolis,
105, route des Chappes, BP 111,
06902 Sophia-Antipolis Cedex
***Afssa Niort,
60, rue de Pied-de-Fond, BP 3081,
79012 Niort Cedex
****Afssa Niort,
60, rue de Pied-de-Fond, BP 3081,
79012 Niort Cedex
*****Afssa Sophia-Antipolis,
105, route des Chappes, BP 111,
06902 Sophia-Antipolis Cedex
******Institut de virologie
vétérinaire, Université de Berne,
Laenggass-Str. 122,
CH-3012 Berne (Suisse)
*******Institut de virologie
vétérinaire, Université de Berne,
Laenggass-Str. 122,
CH-3012 Berne (Suisse)
********Institut de virologie
vétérinaire, Université de Berne,
Laenggass-Str. 122,
CH-3012 Berne (Suisse)
*********Institut de virologie
vétérinaire, Université de Berne,
Laenggass-Str. 122,
CH-3012 Berne (Suisse)

Le mouton et la chèvre peuvent être infectés par deux lentivirus voisins : le virus du maedi-visna et le CAEV (virus de l’arthrite-encéphalite caprine virale). Les programmes d’éradication se heurtent encore à de nombreuses difficultés.

Résumé

Le maedi-visna du mouton et l’arthrite-encéphalite caprine à virus sont des maladies chroniques caractérisées par une longue incubation et un développement lent des signes cliniques. Ces infections dues à des lentivirus sont caractérisées par une infiltration de cellules inflammatoires mononucléées localisée aux articulations, au poumon, à la mamelle et au cerveau. Les virus sont principalement transmis par le colostrum et le lait ou, lors de transmission horizontale, par les sécrétions pulmonaires. Ces deux affections sont encore très répandues dans la plupart des pays européens, malgré la mise en place de programmes de contrôle.

La famille des rétrovirus inclut des virus enveloppés dont le génome est composé d’un ARN. Elle comprend sept genres, responsables de maladies très diverses chez différents hôtes (voir l’encadré « Rétroviroses des petits ruminants »). Les rétrovirus se caractérisent par la présence d’une enzyme, la réverse transcriptase, capable de transformer l’ARN viral en ADN proviral (ou provirus). Ce provirus a la propriété de s’insérer dans le génome de la cellule infectée, à l’origine du phénomène de latence.Étiologie Le concept de virus responsables de maladies ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous