Le point Vétérinaire n° 241 du 01/12/2003

STRONGYLOSES GASTRO-INTESTINALES DES BOVINS

Éclairer

NOUVEAUTÉS

Christian Mage*, Dominique Kerboeuf**, Bernard Armange***


*Institut de l’élevage,
Ester Technopole,
87 069 Limoges.
Groupement de défense sanitaire de la Corrèze,
rue Gaston-Ramon,
19 000 Tulle
**Unité «BASE» INRA,
37 380 Nouzilly
***Laboratoire Virbac,
06 515 Carros

Le contact hôte-parasite peut être suffisant pour que les bovins soient protégés des infestations par les strongles gastro-intestinaux l’année suivante.

L’immunité antiparasitaire acquise est modulée par différents facteurs (lactation, alimentation, âge, état hormonal, anthelminthiques administrés, espèce parasitaire) [6, 9]. L’âge de l’animal et la durée de pâturage sont des critères essentiels. Ainsi, en ce qui concerne les strongyloses gastro-intestinales, il est indispensable que les bovins s’infestent progressivement dès la première année d’herbe, dans la période été-automne, afin que le développement immunitaire soit suffisant. Si l’infestation est trop tardive en fin de pâturage, le phénomène d’hypobiose parasitaire hivernale limite les réactions immunitaires ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK