Le point Vétérinaire n° 240 du 01/11/2003

VERMIFUGATION ÉQUINE CONTRE LES PETITS STRONGLES

Éclairer

NOUVEAUTÉS

Éric Vandaële

En hiver, les larves de cyathostomes font de la résistance en hypobiose. La moxidectine en élimine 90 % en une seule prise chez les chevaux.

Un cheval est vermifugé correctement, mais il présente une colique en début d’hiver ou en début de printemps. L’étiologie vermineuse est alors rapidement exclue, parfois à tort, car les larves de petits strongles (ou cyathostomes) enkystées, et inhibées en hiver ne sont pas ou peu atteintes par les vermifuges classiques, avermectines incluses. Ces cyathostomes pourraient ainsi être considérés comme la première cause de coliques en terme de fréquence.Enkystement obligatoire Les petits strongles sont ainsi souvent décrits comme des parasites émergents et ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK