Le point Vétérinaire n° 239 du 01/10/2003

CARDIOLOGIE DU CHIEN ET DU CHAT

Se former

COURS

Éric de Madron

Alta Vista Animal Hospital,
Ottawa, ON, Canada

La stratégie thérapeutique de l’insuffisance mitrale et de la cardio-myopathie dilatée diffère, en particulier lors de la phase initiale.

Résumé

Les stratégies thérapeutiques lors d’insuffisance cardiaque chez le chien et le chat sont variées et leurs associations sont possibles. Les diurétiques (furosémide, spironolactone(2)) sont indiqués lors d’insuffisance cardiaque congestive. Les stratégies “antiremaniement” permettent de ralentir l’évolution de l’insuffisance cardiaque. Elles font appel aux inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (énalépril, bénazépril, etc.), à l’inhibition de l’aldostérone (spironolactone(2)), au blocage de récepteurs de l’angiotensine (losartan(2)), aux bêtabloquants (propranolol(2), aténolol(2), etc.). Et au blocage des cytokines pro-inflammatoires (acides gras poly-insaturés oméga 3). Des vasodilatateurs purs peuvent être utiles (hydralazine(4) ou dérivés nitrés), en particulier afin de réduire la fraction de régurgitation des insuffisances mitrales. Il convient de ne pas négliger le rôle de la diète et de la supplémentation : apports suffisants en taurine(5) et en carnitine, restriction sodée et supplémentation en acides gras poly-insaturés oméga 3. La digoxine(2) intervient dans la correction des troubles liés à une dysrégulation autonomique. Plus récemment, l’intérêt de nouvelles molécules inotropes a été démontré : catécholamines de synthèse, inhibiteurs de la phosphodiestérase et pimobendane.

En médecine humaine(1), la majorité des affections cardiaques sont les cardiomyopathies dilatées d’origine ischémique ou idiopathiques alors qu’en médecine vétérinaire, les affections valvulaires et les cardiomyopathies dilatées prédominent. La chronologie des modifications neuro-hormonales de ces deux types de cardiopathies diffèrent (voir l’ENCADRÉ “Différences de stratégie thérapeutique lors d’insuffisance mitrale et de cardiomyopathie dilatée”). Les médicaments sur lesquels ont porté les principales études sont les IECA et, plus récemment, un inodilatateur, le pimobendane.Diurétiques : nouveaux modes d’emploi Les diurétiques demeurent “la pierre angulaire” ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK