Le point Vétérinaire n° 239 du 01/10/2003
 

CANCÉROLOGIE DU CHIEN

Pratiquer

CAS CLINIQUE

Jean-Pierre Calmon

96, avenue Carnot 11100 Narbonne

L’inflammation et l’épaississement de la peau du museau ont constitué les signes d’appel d’un lymphome cutanéo muqueux épithéliotrope chez un setter âgé de quinze ans.

Résumé

Une chienne setter anglais stérilisée, âgée de quinze ans, présente une dermatite prurigineuse associée à une atteinte cutanéo-muqueuse marquée et à une pododermatite quadripodale. Les examens cytologiques, histopathologiques et les immunomarquages CD3+ permettent d’établir un diagnostic de lymphome T cutanéo-muqueux épithéliotrope. Le traitement à base d’isotrétinoïne et de prednisolone, associées dans un second temps à la L-asparginase, permet une amélioration passagère du prurit et du squamosis. Après sept mois d’évolution, l’aggravation des symptômes conduit à l’euthanasie de l’animal. Le lymphome cutanéomuqueux épithéliotrope affecte principalement des animaux âgés. Les symptômes sont polymorphes, avec des lésions locales ou générales. Les traitements disponibles s’avèrent souvent décevants, même si des rémissions parfois longues sont obtenues. L’évolution, généralement de cinq à dix mois, peut atteindre deux ans.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...