Le point Vétérinaire n° 239 du 01/10/2003
 

ENDOSCOPIE DU CHIEN ET DU CHAT

Éclairer

NOUVEAUTÉS

Geneviève Marignac*, Aurélie Pasquier**, Bruno Polack***


*Unité de Parasitologie,
École Nationale
Vétérinaire d'Alfort,
94704 Maisons-Alfort cedex

Le vidéo-otoscope permet une bonne visualisation du conduit auriculaire sur toute sa longueur et du tympan.

L'otoscope direct permet une observation satis-faisante de la partie verticale du conduit auriculaire, mais son grossissement (x2) limite celle du conduit horizontal et rend souvent impossible toute visualisation correcte du tympan. Chez le berger allemand, la membrane tympanique est ainsi souvent située à plus de 8 cm de l'œil observateur.

L'utilisation d'un matériel de vidéo-otoscopie permet d'obtenir à l'écran un agrandissement de 15 à 25 (PHOTO 1). Cet instrument permet une bonne visualisation du conduit horizontal et du tympan. La plupart des anomalies pariétales sont identifiées et les céruminolithes (“bouchons d'oreille”) sont distingués des épillets. Toutes les procédures de retrait de corps étranger, de nettoyage et de biopsie sont facilitées et rendues plus sûres. En outre, la motivation des propriétaires, qui peuvent ainsi visualiser l'état de l'oreille de leur animal, est augmentée : observance du traitement, visite de suivi, etc.

Une sonde couplée à une caméra

Schématiquement, une sonde est associée à une source de lumière froide et à une caméra (PHOTO 2). Cette dernière est couplée à un écran (moniteur ou ordinateur) et éventuellement, à un système de stockage des images (imprimante, magnétoscope, ordinateur, etc.).

La sonde des appareils développés spécifiquement pour la vidéo-otoscopie vétérinaire est un rhinoscope modifié. Elle mesure 4,75 à 5 mm de diamètre et de 7 à 8,5 cm de longueur (1) La mise au point est fixe avec une profondeur de champ satisfaisante (1 à 40 mm) pour le premier appareil ou est manuelle pour le deuxième (1 mm à l'infini). Ces sondes comportent aussi un “canal de travail”. La sonde commercialisée par Stortz comprend un adaptateur qui permet une succion et une aspiration simultanées. Optomed commercialise aussi le même type d'appareil.

Jusqu'à la bulle tympanique

Une autre solution consiste à utiliser un arthroscope court ou une sonde vésicale pédiatrique. Leur diamètre fin fait perdre un peu du détail de l'image visualisée et il convient de rajouter une “chemise” autour pour obtenir un canal de travail. Ils permettent cependant de visualiser les oreilles des chats (voire des furets et des lapins) plus facilement (PHOTO 3).

Associés à une longueur d'au moins 11, voire 14 cm, ils permettent de descendre jusqu'à la zone du tympan, et même à l'entrée de la bulle tympanique de la plupart des chiens (PHOTO 4), y compris les bergers allemands et les chiens de races géantes.

Ne pas négliger la qualité du moniteur

Une diversification de l'utilisation du vidéo-otoscope est envisageable : observation des cavités nasales, de la vulve et du vagin. Bien entendu, arthroscope, endoscope digestif, ophtalmoscope et même œilleton adaptable sur le microscope, sont utilisables.

Les caractéristiques de la caméraetdelasource lumineuse peuvent varier nettement d'un type de matériel à un autre, y compris dans le matériel neuf.

Il est indispensable de choisir une source lumineuse halogène.

Le choix du matériel nécessaire“derrière”la caméra écran (moniteur, ordinateur, imprimante, magnétoscope, etc.) prend en compte divers paramètres tels que : le coût, la place disponible, l'intérêt (marketing/ scientifique) de garder une trace de l'image observée, etc. Pour des questions financières, la qualité du moniteur est souvent sacrifiée ; c'est une erreur car si les couleurs sont approximatives et le grain trop gros, les capacités d'observations sont amoindries ; les acariens (Otodectes cynotis), par exemple deviennent moins visibles. Ainsi, d'autres constructeurs proposent des produits beaucoup moins onéreux, qui permettent de montrer l'état des oreilles sur un écran et atteignent donc l'objectif marketing. Malheureusement, en pratique la qualité de l'image est insuffisante pour permettre certains diagnostics. En outre, ces appareils ne permettent pas de réaliser un nettoyage du conduit auriculaire car ils craignent l'eau et/ou n'ont pas de canal de travail.

Prêt à l'emploi

Deux types d'utilisations sont envisageables. Dans tous les cas, pour que l'appareil soit utilisé en pratique (donc rentabilisé), il doit être monté et prêt à l'emploi en permanence. Une console sur roulettes est achetée chez le constructeur ou bien est fabriquée sur mesure.

Une option consiste à utiliser l'appareil plutôt en tant qu'examen complémentaire : il est disponible dans une salle de chirurgie ou de soins. À l'occasion d'une sédation ou d'une anesthésie, le praticien effectue une vidéo-otoscopie, comme il effectuerait une arthroscopie ou une endoscopie digestive. La manipulation s'effectue ainsi au calme et un éventuel geste thérapeutique (nettoyage, retrait de céruminolithe, injection de corticoïdes dans des polypes inflammatoires, etc.) ou des biopsies peuvent être effectués à cette occasion (PHOTO 5). L'appareil peut ainsi être partagé avec tous les praticiens de la structure.

Une utilisation en consultation

L'autre utilisation possible se fait dans le cadre des consultations. L'appareil est installé à côté de la table et est utilisé dès qu'une affection auriculaire est suspectée. Le propriétaire est présent et visualise avec le praticien l'état de l'oreille de son animal (PHOTO 6). Ophtalmoscope et adaptateur pour le microscope peuvent être utilisés de la même manière.

L'appareil permet aussi de visualiser l'intérieur de la bouche des lapins et de certains rongeurs, ou d'effectuer des explorations. Cette deuxième utilisation est probablement celle qui permet la meilleure rentabilité de l'équipement, tant du point de vue de la relation avec la clientèle que financier. Une vidéo-otoscopie simple peut être facturée 5 à 8 euros. Après quelques jours d'autoformation, le geste devient facile et rapide à effectuer.

Précautions

L'utilisation de l'appareil doit être soigneuse. Moniteur, sonde, source lumineuse, imprimante, etc. sont autant de boîtes connectées par des fils reliés à des prises souvent assez fragiles. En revanche, la sonde est solide en raison de sa rigidité et parce que son optique est contenue dans une gaine de métal d'au moins 4 mm de diamètre : il n'existe pas les mêmes risques qu'avec les fibres optiques. L'appareil de l'unité de parasitologie d'Alfort est utilisé en consultation chaque jour depuis plus de quatre ans avec les propriétaires et les étudiants, pour examiner des chiens, des chats et des NAC.

La visualisation correcte du conduit auriculaire externe sur toute sa longueur, voire même de l'intérieur de la bulle tympanique, permet une meilleure compréhension des processus pathologiques. Elle facilite et rend plus sûrs les nettoyages ou les biopsies et améliore l'observance du traitement et des suivis par les propriétaires.

Compte tenu de son prix, ce type d'appareil peut paraître superflu, mais, dans les années 1980, qui aurait prédit qu'en 2003 la majorité des cliniques vétérinaires seraient équipées d'automates pour la biochimie et/ou l'hématologie ?

  • (1) MedRx, Seminole, Floride, États-Unis ; Stortz, Guyancourt, Yvelines ; Optomed, Les Ulis, Essonne.

  • - Griffin CE, Song MD. Management of otitis externa. Workshop report 7.2. In : Advances in veterinary dermatology. Vol. 3. Ed Butterworth-Heinemann. Oxford. 1998 : 169-176.
  • - Marignac G. Atlas d'otite des carnivores domestiques. Med'Com édition. Paris. 2001 : 170 pages.
  • - Marignac G et coll. Gestion médicale d'une otite sténotique. Point Vét. 2001 ; 32(219): 44-46.
  • - Scott DW, Miller WH, Griffin CE. Muller and Kirk's Small Animal Dermatology, 6th edition. Saunders company. Philadelphia. États-Unis. 2001 : 1600 pages.
  • - Whitford RE. Marketing ear care and otitis therapy : the nuts and bolts. In : Gotthelf LN ed. Small animal ear diseases, an illustrated guide. Saunders. Philadelphia, États-Unis. 2000 : 223-238.

PHOTO 1. Le vidéo-otoscope est un appareil d'endoscopie (caméra, moniteur, source de lumière et ici, imprimante vidéo couleur et magnétoscope S-VHS) dont la sonde est spécifique.

PHOTO 2. Sonde rigide, longue de 8 cm, avec canal de travail qui permet le passage d'une sonde, d'une pince à biopsie, etc. Elle est montée sur une caméra et reliée à une source lumineuse.

PHOTO 3. Aspect normal du conduit auriculaire chez un chat. Les glandes cérumineuses sont particulièrement visibles dans ce cas.

PHOTO 4. Tympan normal chez un cavalier king Charles. La petite accumulation de cérumen et de poils située ventralement existe souvent chez des chiens qui ne présentent aucun symptôme d'otite. Elle est donc considérée comme normale.

PHOTO 5. Aspect polypoïde de cette oreille. L'histologie a révélé l'existence d'une néoplasie.

PHOTO 6. Otite sténotique chez un bouledogue français atopique.