Le point Vétérinaire n° 237 du 01/07/2003
 

DÉTECTION DU BVD DANS LES ÉLEVAGES BOVINS

Se former

CONDUITE À TENIR

Éric Sellal

LSI, le Bois Dieu,
1 bis, allée de la Combe,
69380 Lissieu

La technique d’amplification génique en temps réel devrait constituer dans un proche avenir l’un des outils essentiels des plans de contrôle de l’infection par le virus BVD en élevage bovin.

Résumé

Les étapes essentielles

Étape 1 : Prélèvements sur tous les animaux du cheptel

• Vaches laitières : un échantillon de lait de tank.

• Veaux : échantillons sanguins individuels sur tube EDTA.

• Génisses, vaches taries, vaches allaitantes, mâles : échantillons sanguins individuels sur tube sec.

Étape 2 : Analyse de mélanges

• Analyse du lait de tank.

• Analyses de mélanges de vingt échantillons pour les prélèvements sanguins.

Étape 3 : En cas de positivité, analyses individuelles

• Possibilité de passer par une étape d’analyses de mélanges de cinq échantillons.

La BVD-MD (Bovine Viral Diarrhoea–MucosalDisease), ou diarrhée virale bovine-maladie des muqueuses, due au pestivirus bovin (BVDV), est une maladie très coûteuse pour l’élevage bovin. De nombreux pays nord-européens ont entamé depuis plusieurs années des plans de lutte, de contrôle ou d’éradication de la maladie :

- en Suède, la prévalence sérologique de la BVD dans les laits de tank est passée de 52 % en avril 1993, date de mise en place du plan, à 5 % fin 2001 ;

- en Norvège, le coût du programme a été considéré comme amorti dès la deuxième année ;

- au Danemark, le bénéfice net du plan a été estimé à 24 millions de dollars après quatre ans.

Il est par ailleurs intéressant de noter que ces plans de lutte ont été réalisés en l’absence totale de vaccination.

En France, certaines régions, dont la Bretagne, ont développé des plans de contrôle de la BVD. Des outils de diagnostic, sensibles, spécifiques et utilisables sur mélanges sont devenus indispensables à la réalisation de ces plans. Parmi ces outils, le développement récent de la technique d’amplification génique en temps réel, ou PCR (Polymerase Chain Reaction) en temps réel, offre des perspectives intéressantes.

Actuellement disponible dans quelques laboratoires vétérinaires départementaux et dans quelques laboratoires d’analyses privés, cette technique devrait progressivement se généraliser en France au cours des prochaines années.

La technique PCR en temps réel

La technique d’amplification génique en temps réel Taqman® (PCR Taqman®) permet de réaliser (voir l’ARTICLE “Lutte contre la maladie des muqueuses : une méthode pour dépister la BVD, même chez les veaux”, dans le Point Vétérinaire n° 236, p. 12) :

- la détection des animaux virémiques par amplification sélective de l’ARN viral du virus BVDV ;

- le génotypage du virus BVDV (distinction entre BVDV1 et BVDV2) ;

- la détection de la présence d’éventuels inhibiteurs dans les échantillons (élimination du risque de faux négatifs).

L’un des aspects les plus intéressants de la technique réside dans la possibilité de dépister les jeunes bovins IPI (infectés permanents immunotolérants), même en présence d’anticorps maternels.

Les animaux IPI sont en effet la clé de la BVD. Ils sont porteurs et excréteurs permanents de virus et responsables de nouvelles infections horizontales et verticales. Ils sont en outre condamnés à mourir de maladie des muqueuses à court ou moyen terme.

Comme les IPI présentent une mortalité élevée pendant les premiers mois, les jeunes veaux IPI constituent la majorité des IPI en élevage. Or, ils ne sont généralement pas détectés par les méthodes traditionnelles(1), à cause du masquage des antigènes par les anticorps maternels d’origine colostrale (voir la FIGURE “Masquage des antigènes par les anticorps d’origine colostrale“ et le tableau “Possibilités de détection des IPI”).

À l’heure actuelle, la validation de la technique repose sur plusieurs publications internationales récentes (voir l’ENCADRÉ “En savoir plus“). En France, une validation a été réalisée conjointement par l’Union bretonne des groupements de défense sanitaire (UBGDS) et l’ENVN, dont les résultats devraient être publiés en fin d’année.

Applications envisageables de la technique

Dans un proche avenir, la technique PCR en temps réel devrait constituer un outil de diagnostic performant et économique afin d’optimiser les plans de lutte contre le BVDV, et en particulier l’assainissement des cheptels infectés ou suspects, le contrôle des animaux des cheptels présumés indemnes, le contrôle des introductions et le diagnostic des animaux suspects d’être virémiques (voir l’ENCADRÉ “Quelques définitions”).

1. Assainissement des cheptels infectés ou suspects

Grâce à l’utilisation des mélanges, la méthode PCR en temps réel devrait permettre de réaliser au temps T, jour des prélèvements, la détection des animaux virémiques sur l’ensemble des individus d’un cheptel (voir la FIGURE “Proposition d’une démarche possible pour l’assainissement des cheptels infectés ou suspects” et le TABLEAU “Proposition d’un plan d’échantillonnage pour la détection des IPI dans un élevage bovin”).

• En cheptel laitier, l’ensemble des animaux est contrôlé simultanément par la réalisation des prélèvements suivants :

- Vaches laitières : lait de tank (40 ml de lait de tank prélevé dans un flacon contenant un conservateur).

- Vaches taries, génisses, mâles, etc. (soit l’ensemble des animaux de l’exploitation âgés de plus de six mois et n’ayant pas participé au lait de tank) : échantillons de sang sur tube sec (un tube par animal).

- Veaux de moins de six mois : échantillons de sang sur tube EDTA (un tube par animal).

• En cheptel allaitant, l’ensemble du cheptel est contrôlé par la réalisation des prélèvements suivants :

- Animaux de plus de six mois : échantillons de sang sur tube sec (un tube par animal).

- Veaux de moins de six mois : échantillons de sang sur tube EDTA (un tube par animal).

Les prélèvements, identifiés, doivent parvenir au laboratoire dans un délai inférieur à 48 heures. Il est important de placer les prélèvements dans des boîtes isothermes avec des pains réfrigérants pour assurer un transport à + 4 °C.

Au laboratoire, les vaches en lactation sont contrôlées par l’intermédiaire du lait de tank. Les analyses sur les prélèvements sanguins sont réalisées après constitution de mélanges de vingt animaux au maximum.

L’obtention d’un résultat négatif sur un mélange indique l’absence d’animal virémique au sein des individus ayant composé le mélange. Les échantillons qui ont concouru à un mélange dont le résultat est positif sont rassemblés pour constituer des mélanges de cinq (ou moins). Seuls les échantillons qui ont concouru à des mélanges de cinq (ou moins) dont le résultat est positif sont analysés individuellement.

Dans un plan de contrôle départemental ou régional, où les cheptels analysés sont le plus souvent négatifs (la prévalence de cheptels tout-venant ayant au moins un IPI est de l’ordre de 1 à 2 %), cette méthode de travail, associant PCR en temps réel et analyses sur mélanges, pourrait diminuer de plus de la moitié le coût des analyses lors du contrôle d’un cheptel par rapport aux méthodes de diagnostic classiques.

Dans les cheptels suspects ou infectés, la PCR reste intéressante à la fois économiquement et techniquement, même en l’utilisant pour les analyses individuelles, en raison de son excellente sensibilité, en particulier chez les animaux sous immunité colostrale.

2. Contrôle des animaux des cheptels présumés indemnes

Dans un élevage présumé indemne, il peut être important de s’assurer que des lots d’animaux (par exemple les génisses) sont indemnes de virémie BVDV.

Il serait alors particulièrement économique de réaliser une analyse PCR en temps réel sur des mélanges de sérum des animaux (vingt animaux par mélange au maximum). Pour un coût peu élevé en cas de résultat négatif, les animaux seront alors garantis non virémiques permanents. En effet, dans les élevages présumés indemnes, la prévalence de virémie positive est très faible et le plus souvent une seule analyse sur mélange permet de garantir le lot.

3. Contrôle des introductions

Le contrôle des introductions est l’un des points les plus importants et les plus difficiles à gérer dans les plans de contrôle du BVDV. La réalisation d’analyses PCR en temps réel sur des mélanges de sérum des animaux introduits pourrait constituer une des applications particulièrement prometteuses de la technique.

4. Diagnostic des animaux suspects d’être virémiques

Selon des premiers résultats, la technique PCR en temps réel permettrait de détecter une virémie permanente ou une virémie transitoire chez la plupart des animaux, quels que soient leur âge et leur état (mort ou vivant).

Les veaux IPI pourraient être détectés même en présence d’anticorps maternels anti-BVDV, laquelle n’a pas ou peu d’incidence sur les résultats.

En outre, il semble que les veaux qui ont subi une infection congénitale par le BVDV par voie transplacentaire pendant les derniers jours de leur vie intra-utérine (veaux dits CI, pour Congenital Infection) soient détectables par cette technique, alors qu’ils ne sont pas toujours détectables par les techniques traditionnelles.

Ces veaux sont virémiques transitoires (charge virale faible) et séropositifs dès la naissance avant la buvée colostrale. Bien que non-IPI, ils sont très sensibles à de nombreuses maladies néonatales (entérites, bronchopneumonies, etc.) et paient certainement un lourd tribut au virus BVDV.

  • (1) Les méthodes de dépistage utiliséesactuellement en routine dans la plupart des laboratoires sont : - les kits Elisa anticorps p80 : sérologie p80 sur sérum ou sur lait ; - les kits Elisa antigène p80 : antigénémie p80 sur sang total ou sur fraction leuco-cytaire ; - les kits Elisa antigène gp44 : antigénémie gp44 sur sérum.

En savoir plus

Sur la PCR Taqman® et le BVDV

- Bhudevi B, Weinstock D. Fluorogenic RT-PCR assay (Taqman) for detection and classification of bovine viral diarrhea virus. Vet. Microbiology 2001 ; 83(1):1-10. Résumé disponible sur le site Pubmed : http ://www.ncbi.nlm.nih.gov

- Mahlum CE, Haugerud S, Shivers JL, Rossow KD, Goyal SM. Detection of bovine viral diarrhea virus by Taqman reverse transcription polymerase chain reaction. J. Vet. Diagn. Invest. 2002 ; 14(2): 120-125. Résumé disponible sur le site Pubmed : http ://www.ncbi.nlm.nih.gov

- Kaiser D. Entwicklung und Evaluation eines RT-PCR Taqman Testverfahrens zum Nachweis des BVD-Virus. Thèse de doctorat vétérinaire, Université de Berne, Suisse, 2001.

Sur les plans d’éradication du BVDV

- Linberg A. Epidemiology and Eradication of Bovine Viral Diarhhoea Virus Infection, Doctoral Thesis, Swedish University of Agricultural Science, Uppsala 2002. Disponible sur demande : sellallsi@aol.com

- Lindberg A, Alenius S. Principles for eradication of BVDV infections in cattle populations. Vet. Microbiol.1999 ; 64 : 197-222.

Sur les veaux à infection congénitale (CI)

- Munoz-Zanzi C et coll. Quantification, risks factors and health impact of natural congenital infection with bovine viral diarrhoea in dairy calves. Am. J. Vet. Res. 2003 ; 64(3): 358-365.

Quelques définitions

Dans la perspective de plans de contrôles régionaux, les définitions “officieuses” suivantes sont utilisées pour caractériser les cheptels :

Cheptel infecté : cheptel où au moins un animal virémique a été mis en évidence.

Cheptel suspect : cheptel dans lequel une sérologie récente réalisée sur un nombre d’animaux représentatif a démontré un passage viral récent (séroconversion du lait de tank, sérologie positive chez des animaux de 8 à 24 mois, sérologie positive sur lait de mélange chez les vaches en première lactation).

Cheptel présumé indemne : cheptel dans lequel la répétition des contrôles sérologiques n’a montré aucune sérologie positive.

Possibilités de détection des IPI

Proposition d’un plan d’échantillonnage pour la détection des IPI dans un élevage bovin

(1) La méthode permet la détection d’un animal IPI dans un lait de tank issu de plus de 400 vaches. (2) Attention : Pendant et après la réalisation des analyses, contrôler les nouveau-nés et les introductions.