Le point Vétérinaire n° 237 du 01/07/2003
 

TROUBLES DE LA REPRODUCTION CAPRINE

Se former

EN QUESTIONS -RÉPONSES

Gérard Brice*, Bernard Leboeuf**, Claude Broqua***


*Institut de l’Élevage, BP 18,
31321 Castanet-Tolosan Cedex
**INRA–SEIA, 86480 Rouillé
***Institut de l’Élevage, BP 129,
86004 Poitiers Cedex

Même si certaines causes commencent à être explorées, il reste encore beaucoup de zones d’ombre dans la connaissance du phénomène de pseudogestation chez la chèvre.

Résumé

La fréquence moyenne de la pseudogestation dans les élevages caprins qui pratiquent l’insémination artificielle est d’environ 3 à 4 %. Dans certains élevages, le taux peut atteindre plus de 20 %. Les cas qui apparaissent avant la mise à la reproduction proviendraient d’un corps jaune cyclique persistant. Après la mise à la reproduction, la mortalité embryonnaire précoce serait associée à la pseudogestation. Les fréquences plus élevées notées dans les élevages qui désaisonnent pourraient être dues à des erreurs dans l’application des protocoles ou à des mortalités précoces dont les causes sont multiples.

La fertilité après insémination, varie en sens inverse du taux de pseudogestation. Le traitement repose sur les prostaglandines, mais certains éleveurs ne traitent pas et conduisent ces animaux en lactation prolongée.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...