Le point Vétérinaire n° 237 du 01/07/2003
 

GESTION HORMONALE DE LA REPRODUCTION BOVINE

Se former

COURS

Christian Hanzen*, B. Boudry**, P. V. Drion***


*Service d’Obstétrique
et de Pathologie
de la Reproduction
des Ruminants, Équidés et Porcs
**Service d’Obstétrique
et de Pathologie
de la Reproduction
des Ruminants, Équidés et Porcs
***Service de Physiologie
de la Reproduction
Faculté de Médecine Vétérinaire,
Université de Liège,
B42 Sart Tilman,
B-4000 Liège (Belgique)

Les protocoles de synchronisation de type GPG reposent sur l’association de gonadolibérine (GnRH) et de prostaglandine (PgF). Ils s'accompagnent d'effets différents selon le stade du cycle et la séquence d'injection.

Résumé

Le protocole GPG, ou OvSynch, met en jeu une injection de GnRH, suivie, sept jours plus tard, d’une injection de PgF, précédant elle-même de quarante-huit heures une seconde injection de GnRH. Les effets de la GnRH sur le recrutement folliculaire, l’ovulation, voire la lutéinisation, dépendent du stade du cycle auquel la vache se trouve au moment de l’injection : phase métœstrale, phase diœstrale ou fin de la phase diœstrale. L’apparition de l’un ou l’autre de ces effets implique des relations étroites entre, d’une part le stade du développement folliculaire, l’état de dominance physiologique ou non du follicule présent, ainsi que la concentration de la progestérone.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...