Le point Vétérinaire n° 236 du 01/06/2003
 

GESTION HORMONALE DE LA REPRODUCTION BOVINE

Se former

COURS

Christian Hanzen*, B. Boudry**, P. V. Drion***


*Service d’Obstétrique et de Pathologie de la Reproduction des Ruminants, Équidés et Porcs
**Service d’Obstétrique et de Pathologie de la Reproduction des Ruminants, Équidés et Porcs
***Service de Physiologie de la Reproduction
Faculté de Médecine Vétérinaire,
Université de Liège,
B42 Sart Tilman,
B-4000 Liège (Belgique)

Les injections de prostaglandine permettent d’induire et/ou de synchroniser l’œstrus chez la vache, sans synchroniser de manière optimale la croissance folliculaire et l’ovulation.

Résumé

La gestion hormonale de la reproduction implique le recours à des traitements capables de contrôler tout à la fois l’activité lutéale et la croissance folliculaire, pour aboutir dans les plus brefs délais à l’expulsion d’un ovocyte fécondable. À ce titre, la PgF2α a fait l’objet de nombreuses applications, en injection unique ou répétée, seule ou en association avec d’autres hormones telle la gonadolibérine. La dispersion des retours en chaleurs après une injection unique rend plus difficile le recours à une insémination systématique. Elle trouve davantage sa raison d’être dans la physiologie de la croissance folliculaire que dans celle du corps jaune. Le recours à une double injection de PgF2α contribue à augmenter le degré de synchronisation, sans toutefois parvenir à améliorer celui de l’ovulation.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...