Le point Vétérinaire n° 236 du 01/06/2003
 

NUTRITION DU CHIEN ET DU CHAT

Se former

COURS

Géraldine Blanchard

Service de nutrition
École vétérinaire d’Alfort
7, av. du Général-de-Gaulle
94704 Maisons-Alfort

Un certain nombre d’erreurs alimentaires sont rencontrées au quotidien chez le chien et le chez le chat. Il convient de bien différencier alimentation ménagère et alimentation industrielle. Voici quelques pièges à déjouer.

Résumé

Chez les jeunes chiens ou chats, plusieurs erreurs alimentaires sont possibles et leurs conséquences peuvent être graves. Chez le chaton, une alimentation 100 % carnée est à proscrire car elle susceptibles d’engendrer une ostéofibrose. Chez le chiot, une complémentation calcique est inutile avec un aliment “industriel” adapté, mais nécessaire si la ration est ménagère. Pour ce type de ration chez l’adulte, cinq ingrédients sont indispensables : une source de protéines animales de l’huile, des légumes verts, des féculents et un complément minéral et vitaminé. Lors de changement d’aliment, une transition permet d’éviter les intolérances digestives. Chez le chat s’ajoute un risque d’anorexie psychogène et, si le nouvel aliment est sec, d’absorption insuffisante d’eau. Une prise de poids est parfois constatée car la quantité distribuée n’a pas pris en compte la densité énergétique du nouveau produit.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...