Le point Vétérinaire n° 235 du 01/05/2003
 

ÉTUDE RÉTROSPECTIVE

Pratiquer

CAS CLINIQUE

Bérangère Ravary*, André Desrochers**


*Chirurgie bovine, Unité de chirurgie, ENVA, 7, avenue du Général-de-Gaulle, 94704 Maisons-Alfort Cedex
**Département des sciences cliniques, Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, Saint-Hyacinthe, Québec, J2S 7C6, Canada

Une étude rétrospective portant sur vingt cas de fracture métacarpienne ou métatarsienne chez des bovins âgés de plus d’un an révèle que quinze d’entre eux ont guéri.

Résumé

Une étude rétrospective a été réalisée sur vingt bovins âgés de plus de douze mois atteints de fracture métacarpienne ou métatarsienne traités à la faculté de médecine vétérinaire de Saint-Hyacinthe. La plupart sont des femelles Prim’Holstein dont l’âge varie de treize à soixante-cinq mois. Les atteintes osseuses métacarpiennes sont plus fréquentes que les atteintes métatarsiennes. Dix-huit fractures complètes et deux fractures incomplètes ont été diagnostiquées, principalement des fractures Salter-Harris de type II ou comminutives diaphysaires. La plupart ont été immobilisées par une contention externe à l’aide de bandes de résine. Les lésions de la plaque de croissance et les fractures incomplètes ont présenté un taux de guérison plus élevé que les fractures comminutives diaphysaires ou métaphysaires. Les bovins ont guéri dans 86 % des cas lors de fractures fermées et dans 50 % des cas lors de fractures ouvertes.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...