Le point Vétérinaire n° 235 du 01/05/2003
 

SITUATION ET PERSPECTIVES

Se former

EN QUESTIONS-REPONSES

Bruno Garin-Bastuji

Laboratoire national
et O.I.E./FAO de référence
pour la brucellose,
Afssa, 22, rue Pierre-Curie, BP 67,
94703 Maisons-Alfort Cedex

Le renforcement des mesures de lutte contre la brucellose des petits ruminants en France depuis quatre ans permet d’espérer son éradication prochaine.

Résumé

La brucellose chez les ovins et chez les caprins est une maladie réputée contagieuse dans toutes ses formes depuis 1998. À cette date, de nouvelles mesures de lutte ont été mises en place, visant explicitement l’éradication rapide de cette affection. Trois zones sont définies sur le plan national, dans lesquelles les mesures qui concernent la qualification des cheptels, les échanges d’animaux, les protocoles d’assainissement et le recours à la vaccination sont adaptées à la situation épidémiologique. À l’heure actuelle, la plus grande partie du territoire est pratiquement indemne. L’infection caprine a quasi disparu de la France continentale et ne subsiste qu’en Corse. L'infection ovine persiste en Corse et dans le sud-est de la France continentale, et, dans une moindre mesure, sur la bordure pyrénéenne et dans le Nord. La vaccination continue d'être largement utilisée chez les ovins. La transhumance constitue une des difficultés majeures pour obtenir l’éradication définitive dans le Sud-Est.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...