Le point Vétérinaire n° 234 du 01/04/2003
 

ECTOPARASITES

Se former

COURS

Bertrand Losson

Faculté de médecine vétérinaire,
Université de Liège,
20, boulevard de Colonster,
4000 Liège, Belgique

En dépit de la banalisation des traitements “endectocides”, les agents des gales, et les poux dans une moindre mesure, continuent d’exercer un impact économique non négligeable sur le cheptel bovin de nos pays.

Résumé

Quatre types de gales intéressent les bovins. La gale sarcoptique (gale de la tête et du cou) s’accompagne de sévères réactions d’hypersensibilité cutanée prurigineuses, responsables d’atteintes cliniques graves. La gale psoroptique sévit souvent sous forme chronique hyperkératosique, compliquée de pyodermite. La gale chorioptique et la démodécie sont cliniquement plus bénignes. Ce sont des maladies très contagieuses, aisément transmissibles par contact direct ou par l’intermédiaire de l’environnement. Toutes peuvent être responsables de pertes importantes par leur impact négatif sur la croissance et sur la productivité des animaux. Le rôle pathogène des poux, broyeurs (Damalinia bovis) ou piqueurs (Haematopinus eurystemus, H. quadripertusus, Linognathus vituti, Solenopotes capillatus) peut être indirect (transmission d’agents pathogènes), mais il repose surtout sur les dommages directs qu’ils peuvent induire à leur hôte lors d’infestation massive (phtiriose).

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...