Le point Vétérinaire n° 233 du 01/03/2003
 

PRÉSOMPTION DE CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ

PRATIQUER

LÉGISLATION

Alain Grépinet

chargé de cours de droit vétérinaire à l’ENVT, 23, chemin des Capelles, 31 076 Toulouse Cedex

Une propriétaire attaque le vétérinaire qui, à sa demande, a anesthésié sa chatte indocile en vue d’un toilettage. Elle est déboutée par le Conseil régional de l’Ordre.

1. Les faits : Une chatte irritable Le 17 janvier 2002, vers 14 h 30, Mme R. amène sa chatte persane chez le docteur vétérinaire C., afin de lui faire administrer une anesthésie générale à la demande expresse de son toiletteur. En effet, ladite chatte est réputée particulièrement difficile et d’une “irritabilité extrême”. Sans qu’aucun examen clinique ne soit possible – et pour cause –, le praticien évalue le poids de l’animal et lui injecte un mélange extemporané de 0,3 ml d’acépromazine et de 0,4 ml de kétamine 1 000 par ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...