Le point Vétérinaire n° 233 du 01/03/2003

PRÉSOMPTION DE CONSENTEMENT ÉCLAIRÉ

PRATIQUER

LÉGISLATION

Alain Grépinet

chargé de cours de droit vétérinaire à l’ENVT, 23, chemin des Capelles, 31 076 Toulouse Cedex

Une propriétaire attaque le vétérinaire qui, à sa demande, a anesthésié sa chatte indocile en vue d’un toilettage. Elle est déboutée par le Conseil régional de l’Ordre.

1. Les faits : Une chatte irritable Le 17 janvier 2002, vers 14 h 30, Mme R. amène sa chatte persane chez le docteur vétérinaire C., afin de lui faire administrer une anesthésie générale à la demande expresse de son toiletteur. En effet, ladite chatte est réputée particulièrement difficile et d’une “irritabilité extrême”. Sans qu’aucun examen clinique ne soit possible – et pour cause –, le praticien évalue le poids de l’animal et lui injecte un mélange extemporané de 0,3 ml d’acépromazine et de 0,4 ml de kétamine 1 000 par ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...