Le point Vétérinaire n° 233 du 01/03/2003
 

TECHNIQUES D’IMAGERIE CHEZ LA VACHE ADULTE

Éclairer

NOUVEAUTÉS

Marie Babkine*, André Desrochers**


*Service de chirurgie bovine
Faculté de Médecine Vétérinaire Saint-Hyacinthe (Canada)

Non invasive, l’échographie permet au praticien expérimenté d’évaluer l’intégrité et la motilité du réseau chez la vache adulte.

L’échographie permet de récolter de nombreuses informations relatives à la présence d’une réticulopéritonite traumatique ou d’une péritonite en général : motilité et intégrité de la paroi du réseau, présence de liquide, de fibrine (PHOTO 1) ou d’un abcès dans la région de l’abdomen cranial (PHOTO 2)

Sonde de 3,5 MHtz vers le 6e espace

Une sonde sectorielle ou linéaire de 3,5 Méga-hertz (Aloka 1700) permet de pénétrer suffisamment l’abdomen cranial. Elle est placée parallèlement à l’axe longitudinal de la vache, à gauche dans la région ventrale thoracique, dans les 6e et 7e espaces intercostaux (PHOTO 3).

En phase de repos, le réseau est adjacent au diaphragme et à la paroi abdominale ventrale. Le manipulateur évalue sa motilité puis, en progressant caudalement et de chaque côté, son contour, ainsi que l’atrium du rumen et la partie craniale du sac ventral du rumen (PHOTO 4).

La partie distale de la rate est observée latéralement. Le foie, la caillette et l’omasum sont visibles au milieu et vers la droite.

Le contenu du réseau ne peut être évalué en raison de sa composition en partie gazeuse.

Altérations topographiques

La présence de gras intermusculaire peut rendre difficile l’examen échographique du réseau (les ultrasons sont absorbés). De même, si la vache est à un stade avancé de gestation, les organes digestifs sont déplacés par l’utérus volumineux.

Le réseau peut aussi changer de places ilerum en est extrêmement dilaté, si la caillette est déplacée à gauche, ou si une lésion occupe cet espace : abcès, effusion contenant de la fibrine, etc.

Les corps étrangers (broche, clou) ne sont pas visibles à l’échographie.

L’examen d’un cas de péritonite associé à un ulcère de la caillette peut ressembler à celui d’une réticulopéritonite traumatique.

Il est donc essentiel de toujours interpréter les images obtenues en fonction de l’état général de l’animal.

Évaluation de la motilité

Une contraction biphasique du réseau est observée chaque minute. La première contraction est incomplète (PHOTO 5). Son amplitude est de 7,2 cm en moyenne (distance entre le réseau et la paroi abdominale ventrale). Une seconde contraction suit rapidement la première (PHOTO 6). Son amplitude est d’au moins 17,5 cm. Le réseau disparaît alors de l’écran (PHOTO 7). La motilité du réseau est réduite lorsque des adhérences se sont formées entre cet organe et le diaphragme.

  • 1 - Braun U, Götz M. Ultrasonography of the reticulum in cows. Am. J. Vet. Res. 1994 ; 55 : 325-332.
  • 2 - Braun U, Götz M, Marmier O. Ultrasonographec findings in cows with traumatic reticuloperitonitis. Vet. Record. 1993 ; 133 : 416-422.
  • 3 - Braun U, Flückiger M, Götz M. Comparison of ultrasonography and radiographic findings in cows with traumatic reticuloperitonitis. Vet. Reord. 1994 ; 135 : 470-478.
  • 4 - Braun U, Iselin U, Lischer C et coll. Ultrasonographic findings in five cows before and after treatment of tericular abcess. Vet. Record. 1998 ; 142 : 184-189.
  • 5 - Gallant D, Desrochers A, Beauregard G. L’utilisation de l’échographie comme outil diagnostique de la réticulopéritonite traumatique. Med. Vet. Qué. 2000 ; 30(4): 222-224.

PHOTO 1. Présence de fibrine et de liquide dans la région réticulaire. (1) réseau ; (2) atrium du rumen ; (3) paroi abdominale ventrale ; (4) fibrine et liquide.

PHOTO 1. Présence de fibrine et de liquide dans la région réticulaire. (1) réseau ; (2) atrium du rumen ; (3) paroi abdominale ventrale ; (4) fibrine et liquide.

PHOTO 2. Présence d’un abcès entre le réseau (à gauche) et la caillette. (1) réseau ; (2) caillette (paroi épaissie) ; (3) diaphragme ; (4) veine musculophrénique ; (5) paroi de l’abcès ; (6) adhérences entre l’abcès et les structures voisines.

PHOTO 2. Présence d’un abcès entre le réseau (à gauche) et la caillette. (1) réseau ; (2) caillette (paroi épaissie) ; (3) diaphragme ; (4) veine musculophrénique ; (5) paroi de l’abcès ; (6) adhérences entre l’abcès et les structures voisines.

PHOTO 3. Position de la sonde et des préestomacs. (L’image échographique insérée a été retournée pour les besoins de l’illustration). (1) réseau ; (2) atrium du rumen ; (3) sac ventral du rumen.

PHOTO 4. Image normale du réseau et des organes adjacents. (1) réseau ; (2) atrium du rumen ; (3) sac ventral du rumen ; (4) omentum ; (5) diaphragme ; (6) veine musculophrénique.

PHOTO 4. Image normale du réseau et des organes adjacents. (1) réseau ; (2) atrium du rumen ; (3) sac ventral du rumen ; (4) omentum ; (5) diaphragme ; (6) veine musculophrénique.

PHOTO 5. Fin de la première contraction. (1) réseau ; (2) atrium du rumen ; (3) paroi abdominale ventrale ; (4) contenu de la caillette.

PHOTO 5. Fin de la première contraction. (1) réseau ; (2) atrium du rumen ; (3) paroi abdominale ventrale ; (4) contenu de la caillette.

PHOTO 6. Seconde contraction. (1) paroi du réseau ; (2) paroi du rumen ; (3) diaphragme ; (1) veine musculophrénique.

PHOTO 6. Seconde contraction. (1) paroi du réseau ; (2) paroi du rumen ; (3) diaphragme ; (1) veine musculophrénique.

PHOTO 7. Fin de la seconde contraction. Le réseau n’est plus visible à l’écran. (1) rumen ; (2) diaphragme ; (3) veine musculophrénique.

PHOTO 7. Fin de la seconde contraction. Le réseau n’est plus visible à l’écran. (1) rumen ; (2) diaphragme ; (3) veine musculophrénique.