Le point Vétérinaire n° 232 du 01/02/2003
 

LES DANGERS DE LA GARDE SALARIÉE

Pratiquer

LÉGISLATION

Gabriel Mangematin

Clinique vétérinaire, BP 335, 85603 Montaigu Cedex

Un poulain meurt subitement d’une déchirure de la rate. Le haras est condamné car il n’apporte pas la preuve que la cause de la mort ne peut lui être imputée.

1. Les faits : Mort subite à l’herbage Au printemps 1994, un éleveur de chevaux confie sa poulinière pur-sang à un haras de bon standing et bien équipé, pour le poulinage et pour la saison de monte à suivre. Le foal de cette jument meurt brutalement à l’herbage à l’âge de quinze jours. Une autopsie est réalisée au laboratoire d’études et de recherches en pathologie équine de l’AFSSA(1) à Dozulé (Calvados). Elle permet d’attribuer la mort à une déchirure de la rate, ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...