Le point Vétérinaire n° 232 du 01/02/2003
 

PRÉLÈVEMENT DE LIQUIDE CÉPHALORACHIDIEN CHEZ LE BOVIN ADULTE

Pratiquer

EN IMAGES

Raphaël Guatteo

chargé de consultations en pathologie médicale du bétail, École vétérinaire de Nantes

L’analyse du liquide céphalo-rachidien chez le bovin adulte permet de confirmer une atteinte du système nerveux central.

L’analyse du liquide céphalo-rachidien (LCR) chez le bovin adulte peut aider à établir un diagnostic définitif lors de phénomène inflammatoire, tumoral, dégénératif ou encore infectieux. Elle est particulièrement indiquée lors de suspicion de méningite aiguë : listériose et encéphalite virale notamment. Un agent infectieux est rarement mis en évidence directement dans le LCR car le moment du prélèvement peut être inadéquat. Sa présence peut toutefois être fortement suspectée à partir de la composition du LCR : une monocytose est, par exemple, fortement évocatrice de listériose.

Elle peut aussi permettre d’objectiver une nécrose du cortex.

Elle n’est mise en œuvre qu’après avoir écarté de manière quasi certaine une suspicion d’encéphalopathie spongiforme bovine.

Choix du site

Deux zones de ponction sont possibles : la jonction atlanto-occipitale et la jonction lombosacrée. La composition du LCR dans ces deux régions est presque identique, sauf lors de phénomène compressif sur le trajet médullaire [2, 5].

Chez l’adulte, seule la ponction lombosacrée est réalisable en pratique, sans danger pour l’animal [1, 2].

Ce site peut également être utilisé chez le veau, même si ce n’est pas habituel ; il est ainsi impérativement utilisé lorsqu’une hypertension intracrânienne est suspectée(1). Une ponction atlanto-occipitale “classique” risque en effet de provoquer une herniedes hémisphères cérébraux sous la tente du cervelet lors d’hypertension intracrânienne chez un veau.

Contention

Pour une ponction de LCR en zone lombosacrée, le bovin adulte est en station debout. Le jeune animal est en revanche positionné en décubitus sternal avec les membres postérieurs tendus vers l’avant le long des flancs [1].

Chez l’adulte, une contention simple dans un travail ou au cornadis suffit la plupart du temps. Pour limiter les réactions lors de la ponction, une anesthésie locale du site de ponction est conseillée à l’aide, par exemple, de deux à cinq millilitres de lidocaïne à 2 % [1, 2, 3].

Cette procédure est obligatoirement complétée par une sédation chimique si l’animal tremble, s’il est trop vif, etc. (par exemple, xylazine à la dose de 0,05 mg/kg par voie intraveineuse).

Conditionnement

Le liquide prélevé doit être conditionné dans un tube approprié. Les analyses de routine (numération et formule sanguines, glycorraphie, taux de protéines et d’albumine sériques) peuvent être réalisées sur tube sec si elles sont effectuées rapidement. Un tube EDTA ou hépariné est préféré, notamment en cas de pollution du prélèvement par du sang (ponction accidentelle d’un vaisseau lors de la traversée de l’aiguille).

Conservation

Compte tenu du caractère hypotonique du LCR, il est conseillé d’effectuer les analyses dans la demi-heure qui suit le prélèvement. Si celui-ci n’est pas contaminé par du sang, il peut être conservé à 4 °C pendant vingt-quatre heures sans répercussion majeure sur les résultats obtenus. Lorsque le laboratoire est trop éloigné, il convient de faire sédimenter soi-même les cellules sur une lame avant l’envoi au laboratoire [1]. Les analyses les plus couramment effectuées sur ce type de prélèvement sont le dénombrement des globules rouges et blancs, la formule leucocytaire, le dosage des protéines et du glucose. La bactériologie est une méthode peu sensible.

  • (1) Guatteo R. La ponction atlanto-occipitale chez le jeune bovin. Point Vét. 2002;33(230):62-63.

  • 1 - Ferrouillet C, Fecteau G, Lanevschi A. Prélèvement et analyse du liquide céphalorachidien chez les bovins. Point Vét. 1998;29(194):777-782.
  • 2 - Scott C, Penny C.D. A field study of meningoencephalitis in calves with particular reference to analysis of cerebrospinal fluid. Vet. Record. 1993;133(5):119-121.
  • 3 - Scott C. The collection and analysis of cerebrospinal fluid as an aid to diagnosis in ruminant neurological disease. Brit. Vet. J. 1995;151:603-614.
  • 4 - Skarda RT, Muir WW, Hubbell JAE. Comparative study of continuous lumbar segmental epidural and subarchnoid analgesia in Holstein cows. Am. J. Vet. Res. 1989;50(1):39-46.
  • 5 - Welles EG, Tyler JW, Sorjonen DC et coll. Composition and analysis of cerebrospinal fluid in clinically normal adult cattle. Am. J. Vet. Res. 1992;53(11):2050-2057.

1 Matériel spécifique Outre celui nécessaire à la préparation de la zone, le matériel spécifique est composé d’une aiguille de 14 G (2 x 50 mm) qui sert de guide, d’un cathéter de 14 G (diamètre de 2,1 mm, longueur de 80 mm), de tubes à prélèvement classiques (tube sec, EDTA et hépariné) et d’une seringue de 5 ou 10 ml.

Image anatomique a : processus articulaire ; b : ligament interlamellaire (ou interarcuaire) ; c : graisse épidurale ; d : dure-mère ; e : membrane arachnoïdienne ; f : espace sous-arachnoïdien (lieu du prélèvement) ; g : pie-mère. À la jonction lombosacrée, la moelle épinière est absente. Une pénétration accidentelle trop profonde de l’aiguille est donc sans risque. D’après [2].

2a Préparation de la zone de ponction Une zone de 5 cm sur 7 est préparée de manière chirurgicale en région lombosacrée, centrée sur le milieu d’une ligne rejoignant les deux pointes des hanches, qui représente presque le site de ponction.

2b Préparation de la zone de ponction Une zone de 5 cm sur 7 est préparée de manière chirurgicale en région lombosacrée, centrée sur le milieu d’une ligne rejoignant les deux pointes des hanches, qui représente presque le site de ponction.

3 Repérage du site de ponction Le site de ponction est précisément repéré par palpation avec l’index d’une zone de dépression située entre la dernière vertèbre lombaire (L6) et la première vertèbre sacrée (S1).

4 Insertion de l’aiguille “guide” L’aiguille “guide” est insérée perpendiculairement dans l’axe sagittal du corps de l’animal.

5 Traversée de l’aiguille L’aiguille “guide” est introduite jusqu’à la garde. Cette première étape permet de traverser la peau, le tissu sous-cutané, le ligament supra-épineux et, dans certains cas, le ligament interépineux.

6 Introduction du mandrin Le mandrin du cathéter est introduit délicatement dans l’aiguille “guide” afin d’essayer de distinguer les différentes étapes. Sont successivement traversés : le ligament interépineux (lorsque cela n’a pas déjà été fait lors de l’étape précédente), le ligament interlamellaire, la dure-mère et, enfin, la membrane arachnoïdienne.

7 Pénétration dans la citerne subarachnoïdienne Les ligaments interépineux et interlamellaire sont généralement traversés simultanément. Une légère résistance est ressentie car le ligament interépineux est fibreux. L’animal peut être atteint à ce stade d’un tremblement fugace, voire d’un sursaut [1, 3]. Une légère pression sur l’aiguille suffit ensuite pour traverser la dure-mère et la graisse péridurale : l’aiguille pénètre ainsi dans la citerne subarachnoïdienne. Comme précédemment, ces deux structures sont la plupart du temps traversées sans qu’il soit possible de distinguer deux étapes. La distance moyenne entre le site cutané de ponction et l’extrémité du cathéter par laquelle le LCR est aspiré est généralement de trois doigts. Le bruit d’aspiration classique qui correspond à la dépression engendrée par la ponction est rarement entendu.

8 Vérification Dans certains cas, le liquide céphalorachidien sort spontanément sous l’effet de la pression. Des gouttes perlent alors à l’extrémité de l’aiguille, dès l’entrée dans la citerne. Toutefois, il convient parfois de monter la seringue sur l’aiguille et d’aspirer pour s’assurer que l’aiguille est bien dans l’espace subarachnoïdien.

9 Aspiration du LCR Dans tous les cas, le LCR est aspiré à la seringue. Il est possible de ponctionner jusqu’à 10 ml chez un bovin adulte sans risque pour l’animal. Une fois le prélèvement réalisé, le mandrin, puis l’aiguille sont ôtés. Une pression est ensuite effectuée au niveau du site de la ponction pendant quelques secondes.