Le point Vétérinaire n° 231 du 01/12/2002

PATHOLOGIE RESPIRATOIRE

Se former

COURS

Alain Douart

Médecine des animaux d’élevage, ENVN, Atlanpole La Chantrerie, BP 40706, 44307 Nantes Cedex 03

Les pasteurelles (Mannheimia haemolytica et Pasteurella multocida) et les mycoplasmes (Mycoplasma bovis) sont les principaux agents bactériens impliqués dans les affections de l’appareil respiratoire profond des bovins.

Résumé

Même s’ils ne peuvent pas le plus souvent agir isolément, les agents microbiens sont les éléments essentiels des bronchopneumonies infectieuses des jeunes bovins. Parmi les bactéries, les pasteurelles sont celles qui sont le plus fréquemment isolées. Deux espèces jouent un rôle particulièrement important : Mannheimia haemolytica et Pasteurella multocida. Les sérotypes 1 et 6 de M. haemolytica (PhA1, PhA6) possèdent de nombreux facteurs de virulence. La leucotoxine joue un rôle pathogène déterminant et est un support important de l’immunité. Des mycoplasmes sont fréquemment isolés des poumons de bovins atteints de troubles respiratoires. Les différentes espèces isolées ne possèdent pas le même pouvoir pathogène. Parmi les mycoplasmes fréquemment isolés, certains ne possèdent pas de pouvoir pathogène ou génèrent tout au plus une infection subclinique. Seul M. bovis possède un réel pouvoir pathogène. Des formes pulmonaires de salmonellose atteignent essentiellement les veaux de boucherie, en élevage intensif. Salmonella Typhimurium est le sérovar le plus couramment isolé.

Les bronchopneumonies infectieuses (BPI) des jeunes bovins relèvent le plus souvent d’une étiologie complexe où interagissent de manière séquentielle et synergique trois types de facteurs : 1des facteurs prédisposants : anatomie de l’appareil respiratoire, immaturité physiologique et fonctionnelle de l’appareil respiratoire des jeunes bovins, en particulier dans les races dites « viandeuses » ; 2 des facteurs favorisants, qui agissent soit en augmentant les risques de contamination des animaux, soit en diminuant leurs moyens de défense générale ou locale ; 3 des agents microbiens, qui, même s’ils ne peuvent ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK