Le point Vétérinaire n° 229 du 01/10/2002
 

GESTE DE BASE EN DERMATOLOGIE DU CHIEN ET DU CHAT

Pratiquer

EN IMAGES

Aurélie Pasquier

chargée de consultations, Service de parasitologie-mycologie,
ENVA, 7 av. du Général-de-Gaulle, 94700 Maisons-Alfort

La sensibilité du raclage cutané et de l’écouvillon auriculaire dépend de leur qualité de réalisation et de l’agent pathogène envisagé.

En dermatologie, l’épidémiologie et la clinique ne permettent pas à elles seules d’établir un diagnostic. Des examens complémentaires sont donc nécessaires pour identifier, entre autres, les agents parasitaires responsables. Le raclage cutané, par le peu de matériel qu’il nécessite et sa facilité de réalisation, constitue un examen de première intention qui permet, dans un grand nombre de cas, un diagnostic d’ectoparasitose rapide et fiable. Cet examen, comme son homologue auriculaire l’écouvillon, est couramment utilisé en dermatologie vétérinaire et est vivement ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous