Le point Vétérinaire n° 228 du 01/09/2002
 

VACCINATION DES CARNIVORES DOMESTIQUES

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Isabelle Goujon

D’après le rapport du Veterinary Products Committee britannique sur la vaccination des chiens et des chats [1].
Clinique vétérinaire 19, avenue St Maur 59110 La Madeleine

Le Royaume-Uni, pays phare de la pharmacovigilance vétérinaire, publie un rapport sur les effets indésirables suspectés des vaccins qui est le résultat de l’analyse de plus de 1800 cas rapportés.

Résumé

Les résultats de la pharmacovigilance vaccinale au Royaume-Uni montrent que le nombre d’effets indésirables suspectés (EIS) postvaccinaux est très limité. Les plus fréquemment rapportés sont des réactions locales au site d’injection. Des phénomènes à médiation immune, des cas de virulence résiduelle et le développement de fibrosarcomes félins sont également décrits. Depuis 1985, un réseau national de pharmacovigilance permet la collecte de données et la surveillance des EIS des médicaments vétérinaires au Royaume-Uni. Le mode de collecte entraîne une sous-évaluation des cas d’effets indésirables. Toutefois, les résultats permettent de dégager certaines tendances. Pour améliorer l’efficacité de la surveillance des EIS, il convient d’encourager leur signalement. Des enquêtes épidémiologiques seraient en outre nécessaires pour détecter les réactions différées ou de faible incidence. La balance bénéfices/risques reste néanmoins largement en faveur de la vaccination systématique des chiens et des chats.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...