Le point Vétérinaire n° 228 du 01/09/2002
 

IMMUNOLOGIE APPLIQUÉE

Se former

COURS

François Bagaïni

Clinique vétérinaire des chênes 10 rue d’Épinal 25600 Sochaux

Les interférons de type I, dont l’interféron oméga félin, ouvrent de nouvelles perspectives thérapeutiques chez les animaux domestiques, notamment pour les infections virales.

Résumé

Les interférons a se sont montrés efficaces chez plusieurs espèces, lorsqu’ils sont administrés pour la prévention de affections de groupe telles que les bronchopneumonies infectieuses enzootiques des bovins et les gastro-entérites virales. En médecine humaine, les interférons a sont utilisés, avec un taux de succès variable, dans le traitement de certains cancers. L’interféron ? présente des propriétés in vitro similaires à celles de l’interféron a2. Il n’est pas utilisé en médecine humaine, mais il bénéficie d’un important développement dans le domaine des animaux de compagnie.

En France, la première autorisation d’un interféron (IFN) dans le domaine de la médecine humaine date de 1986. La plupart des spécialités sont toutefois plus récentes (voir l’encadré “Les préparations expérimentales”). Le premier interféron vient tout juste d’être lancé en médecine vétérinaire. Cet article aborde les applications et les perspectives d’utilisation des interférons(1).Les interférons disponibles 1. La spécialité vétérinaire L’interféron ? recombinant félin (Virbagen Omega®) est aujourd’hui disponible en flacons de 5 ou 10 millions d’unités internationales (UI). Il a démontré son ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous