Le point Vétérinaire n° 228 du 01/09/2002

DERMATOLOGIE DES RONGEURS ET DES LAGOMORPHES DE COMPAGNIE

Éclairer

NOUVEAUTÉS

Carole Finck*, Jacques Guillot**


*Équipe de mycologie,
biologie moléculaire
et immunologie parasitaires
et fongiques, ENVA

En raison des contraintes liées aux traitements habituels contre la teigne, l’administration de lufénuron(1) par voie orale est une alternative chez les NAC.

L'intensification de l’activité des animaleries et des élevages de rongeurs et de lagomorphes n’est pas sans impact sur l’incidence des maladies contagieuses par simple contact, comme les dermatophytoses (ou teignes). Une récente enquête conduite en animalerie [2] a confirmé qu’une proportion élevée des animaux est porteuse de dermatophytes : 38 %des lapins, 43 % des cobayes, 29,5 % des chinchillas et jusqu’à 72 % des souris ! Les dermatophytoses sont d’un excellent pronostic pour les animaux, mais ces affections sont facilement transmissibles à l’homme. A ce ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK