Le point Vétérinaire n° 226 du 01/06/2002
 

IDENTIFICATION ÉLECTRONIQUE DES CARNIVORES DOMESTIQUES

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Annie Corbin

d’après la Société
d’identification
électronique vétérinaire
(SIEV)
112-114, avenue Gabriel Péri
94240 L’Haÿ-les-Roses

Lors de l’identification par radiofréquence d’un chien ou d’un chat, le praticien peut être confronté à de nombreux cas de figure, parfois déconcertants. Marche à suivre.

Résumé

Avant de procéder à une identification électronique, le praticien est tenu de s’assurer que l’animal n’est pas déjà marqué, ni par tatouage, ni par transpondeur. Si l’animal est tatoué, le praticien vérifie l’existence et la conformité des informations portées sur la carte de tatouage et le fait que la personne qui lui présente l’animal est bien celle mentionnée sur cette carte. En cas d’importation ou d’échange intracommunautaire d’un carnivore domestique sur le territoire national, le propriétaire est tenu de s’assurer, dans un délai de sept jours, de la prise en compte du marquage par tatouage ou par radiofréquence de son animal. Dans le cas d’une identification par puce d’un chien ou d’un chat effectuée avant le 18 janvier 2001, le propriétaire doit faire valider l’identification de son animal auprès d’un vétérinaire. L’exérèse des inserts est à réserver à des cas restreints, si la SIEV demande une nouvelle identification de l’animal ou si l’insert n’est plus lisible, dans l’hypothèse où l’animal reste identifié.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...