Le point Vétérinaire n° 225 du 01/05/2002
 

PHARMACOVIGILANCE OFFICIELLE

Éclairer

NOUVEAUTÉS

Éric Sachot

Unité de pharmacologie
et de toxicologie
ENVN

La pharmacovigilance ne s'appuie plus que sur le volontariat. Les vétérinaires ont à présent l'obligation de signaler les effets indésirables graves ou inattendus aux centres de pharmacovigilance de Lyon et de Nantes.

Le 13 mars 2002, le VIIe congrès de l'Agence nationale du médicament vétérinaire (ANMV) a précisé les rôles des intervenants de la pharmaco-vigilance vétérinaire. Le praticien est à la base du système. En observateur privilégié, utilisateur, prescripteur et ayant droit de la pharmacie vétérinaire, il a dorénavant l'obligation de déclarer auprès de l'un des deux centres de pharmacovigilance les cas qu'il observe ou qui lui sont rapportés. Quels cas doivent être signalés ? Les vétérinaires, comme les pharmaciens et les autres professionnels de ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...