Le point Vétérinaire n° 225 du 01/05/2002
 

PV

TOXICOLOGIE DES CARNIVORES DOMESTIQUES

Se former

CONDUITE À TENIR

Hervé Pouliquen

Centre antipoison animal
de l'Ouest,
ENVN, Atlanpôle,
La Chantrerie, BP 40706,
44307 Nantes Cedex 03

Lors de suspicion d'intoxication chez un chien ou un chat qui convulse, une démarche diagnostique rigoureuse permet parfois de s'orienter vers la substance en cause et aide à instaurer un traitement adapté.

Résumé

Les étapes essentielles

Étape 1 : recueil des commémoratifs

•  Circonstances de l'intoxication par des convulsivants

Étape 2 : questionnaire d'orientation diagnostique

•  Caractère permanent ou non des convulsions

•  Nature des signes nerveux autres que les convulsions

•  Éventuelle présence de signes autres que nerveux

•  Ordre d'apparition des signes cliniques

•  Temps de latence

•  Durée et mode d'évolution

Étape 3 : diagnostic de certitude

•  Prélèvements et analyse de laboratoire

•  Autopsie

Les convulsions, contractions violentes, involontaires et saccadées des muscles, sont l'expression physique d'une perturbation électrique paroxystique d'un groupe de neurones. Elles peuvent être à l'origine de graves complications (acidose, hypoxie, hypoglycémie et œdème cérébral) et constituent de ce fait une urgence majeure. Chez les carnivores domestiques, de nombreuses intoxications se traduisent cliniquement par des convulsions. Elles surviennent après l'ingestion de strychnine, de crimidine, de métal-déhyde, d'inhibiteurs des cholinestérases, de pyréthrinoïdes, d'organochlorés et, dans une moindre mesure, de chloralose, de plomb ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous