Le point Vétérinaire n° 224 du 01/04/2002

ANALGÉSIE CHIRURGICALE POSTOPÉRATOIRE

Éclairer

NOUVEAUTÉS

Éric Vandaële*, Éric Troncy**


*Faculté de médecine
vétérinaire
Université de Montréal,
département
de sciences cliniques
CP 5000 Saint-Hyacinthe,
Québec, J2S 7C6, Canada

Lutter contre la douleur postopératoire peut désormais débuter au moment de la prémédication avec un AINS. Mais pas sans précaution.

Les anesthésiques classiques (barbituriques, anesthésiques gazeux) provoquent une inconscience et une myorelaxation, mais pas d'analgésie. Toutes les interventions chirurgicales sans exception sont douloureuses. Contrairement aux idées reçues, ce n'est pas parce que l'animal est inconscient qu'il ne souffre pas, même s'il ne peut le manifester.Quand il bouge, il souffre À l'inverse même, les praticiens français ont souvent tendance à voir dans les signes de douleur – un animal qui gémit au réveil, un animal qui bouge unpeudurantlestemps opératoires douloureux ou terminaux, la ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr
Télécharger l'application sous iPhone Télécharger l'application sous Android
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...