Le point Vétérinaire n° 223 du 01/03/2002
 

ANALGÉSIE DES CARNIVORES DOMESTIQUES

Se former

EN QUESTIONS-RÉPONSES

Stéphanie Kéroack*, Béatrice Langevin**, Éric Troncy***


*ENV de Lyon
**ENV de Lyon
***ENV de Lyon
****Département des animaux de compagnie
Unité Siamu
1, avenue Bourgelat, BP 83
69280 Marcy-l'Étoile

Une analgésie adaptée chez le chien et chez le chat permet de réduire significativement la mortalité et la morbidité lors d'une intervention chirurgicale.

Résumé

L'administration d'un antalgique est judicieuse lorsqu'un acte va probablement entraîner une stimulation nociceptive. Il convient de planifier le protocole analgésique selon le degré de douleur anticipé. Un protocole d'analgésie multimodale adapté, puis réévalué d'après la réponse obtenue, est la base du succès d'un traitement contre la douleur. L'intensité de cette dernière peut être classée en trois niveaux : le palier I (douleur faible), le palier II (douleur modérée) et le palier III (douleur sévère). L'analgésie préventive, administrée avant l'intervention lors de la prémédication, est la solution la plus efficace et la plus simple en médecine vétérinaire. En phase post-opératoire, l'antalgique choisi en période préopératoire (le plus souvent un morphinique) est de nouveau administré, à intervalles plus ou moins réguliers selon la demi-vie de l'agent choisi et l'état douloureux de l'animal.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous


Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...