Le point Vétérinaire n° 222 du 01/01/2002
 

CANCÉROLOGIE BOVINE

Pratiquer

CAS CLINIQUE

David Francoz

Faculté de médecine vétérinaire,
Saint-Hyacinthe J257C6 (Québec)

La rareté apparente des mésothéliomes chez les bovins pourrait être due à la difficulté de leur diagnostic, comme le suggère ce cas, confondu initialement avec une réticulopéritonite traumatique.

Résumé

Une vache holstein de sept ans est référée à la faculté de médecine vétérinaire de Saint-Hyacinthe (Québec) pour anorexie, dépérissement progressif, chute de la production lactée et douleur abdominale. La présence des épanchements abdominal et thoracique, la douleur abdominale et la tachycardie avec pouls jugulaire, orientent le diagnostic en première analyse vers une réticulopéritonite traumatique avec péricardite, mais la radiographie et l’échographie permettent d’éliminer cette hypothèse. Lors d’une laparotomie exploratrice, de nombreux nodules de 1 à 50 mm de diamètre sont observés sur le péritoine et l’ensemble des séreuses abdominales. Suite à la constatation d’un phénomène tumoral généralisé, l’animal est euthanasié. Les examens histopathologiques permettent d’établir un diagnostic de mésothéliome. Le mésothéliome est un cancer rarement diagnostiqué chez les bovins, mais il n’est pas possible de savoir si cela est dû à sa rareté ou bien au fait qu’il peut être facilement confondu avec d’autres entités pathologiques et que son diagnostic histologique reste difficile.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...