Le point Vétérinaire n° 222 du 01/01/2002
 

RÉANIMATION DE LA FAUNE SAUVAGE

Se former

COURS

Emmanuel Risi

Unité de chirurgie
Centre de soins
de la faune sauvage
ENVN
Route de Gachet
44300 Nantes

Face à un oiseau sauvage blessé, le praticien peut apporter les premiers soins avant un transfert vers un centre spécialisé. Les pansements, le réchauffement et la réhydratation, constituent la base de ces soins.

Résumé

Face à un oiseau déshydraté, il est possible d’observer certains signes cliniques qui traduisent les pertes liquidiennes de l’animal. La quantité de solutés à administrer (somme des pertes et des besoins d’entretien) est alors répartie sur trois jours. Plusieurs administrations quotidiennes sont souvent nécessaires. Les voies orale et sous-cutanée sont utilisées lors de déshydratation moyenne. La réhydratation par perfusion intraveineuse est souvent difficile à réaliser. La voie intra-osseuse permet en revanche de réhydrater efficacement un oiseau sévèrement atteint.

Les centres de soins de la faune sauvage reçoivent chaque année en France des milliers d’oiseaux blessés ou malades. La réhydratation de ces oiseaux est un élément essentiel de leur prise en charge médicale. Le praticien est habilité à prodiguer les premiers soins sur des espèces sauvages, avant de les transférer au centre spécialisé le plus proche. Les pansements, le réchauffement et la réhydratation constituent la base de ces soins et peuvent facilement être effectués dès la réception de l’oiseau. ...

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous