Le point Vétérinaire n° 222 du 01/01/2002
 

TOXICOLOGIE DU CHIEN ET DU CHAT

Se former

COURS

Emmanuelle Del Cerro*, Laurent Masson**


*41 bis, boulevard Foch
94170 Le Perreux
**162, rue d’Aguesseau
92100 Boulogne-Billancourt

La connaissance des différents syndromes d’intoxication par les champignons supérieurs vénéneux permet au praticien d’instaurer des soins spécifiques et d’affiner le pronostic.

Résumé

Différents syndromes peuvent se rencontrer lors d’intoxications par les champignons vénéneux chez le chien et chez le chat. Le syndrome résinoïdien (signes digestifs) a une issue souvent favorable. Le syndrome muscarinique (diarrhée, bradycardie, hypotension, myosis) est traité spécifiquement par l’administration d’un anticholinergique et est rarement mortel. Le syndrome atropinique (mydriase, tachycardie, sécheresse des muqueuses et troubles digestifs) a un pronostic favorable et nécessite un traitement symptomatique. Le syndrome narcotinien s’exprime par des signes nerveux et par des hallucinations. Le syndrome orellanien est dominé par l’installation d’une insuffisance rénale et peut entraîner la mort, une insuffisance rénale chronique ou la rémission, selon la dose ingérée. Le syndrome phalloïdien, souvent mortel, est dû à des destructions tissulaires viscérales (foie, rein, myocarde, etc.). Le syndrome gyromitrien (signes digestifs, parfois nerveux, hépatite, hémolyse, hyperthermie) est de bon pronostic, sauf lors d’atteinte hépatique.

ARTICLE RÉSERVÉ AUX ABONNÉS
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être abonné.

Déjà abonné ? Identifiez-vous

Rester connecté

Mot de passe oublié ?
Se créer un compte

Pas encore abonné ?




Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.


Abonnez-vous

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêts.X
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...