Le point Vétérinaire Rural n° 367 du 01/07/2016
 

PARASITOLOGIE BOVINE

Avis ’expert

Christophe Chartier

L’UNAM Université, Oniris,
École nationale vétérinaire,
agroalimentaire et de l’alimentation
Nantes-Atlantique, UMR BioEpAR,
BP 40706,
44307 Nantes
christophe.chartier@oniris-nantes.fr

Face au risque de développement de la résistance des strongles digestifs chez les bovins en France, une reconsidération des pratiques de traitement anthelminthique est urgente.

Résumé

→ Les résultats récents d’une enquête en France sur la résistance des strongles digestifs aux anthelminthiques montrent que le phénomène existe au moins en élevage bovin laitier. La mise en évidence d’une résistance s’appuie sur le test de réduction d’excrétion fécale post-traitement qui présente de nombreuses particularités dans l’espèce bovine. Les trois piliers pour prévenir ou limiter ce phénomène sont la réduction d’utilisation des anthelminthiques, le maintien d’une population parasitaire refuge (stades libres dans le milieu extérieur et stades adultes chez les animaux non traités) et la rotation de molécules. Au plan opérationnel, il convient de vérifier le statut des troupeaux lors de suspicion de résistance et d’appliquer d’ores et déjà des stratégies de traitement ciblé et de traitement sélectif.

Summary

Resistance to anthelmintics: recent data

→ Recent results of a survey conducted in France about anthelmintic resistance of digestive strongyles have shown that the phenomenon was present in dairy farming, at least. Detection of resistance is based on the faecal egg count reduction test (FECRT) following anthelmintic treatment. Implementation of FECRT has many special features in cattle. The three main points to prevent or limit resistance to anthelmintics are: reduction of anthelmintics’use, keeping of an in refugia parasitic population (larval stages in the environment and adult stages in untreated animals) and rotation of anthelmintics families. Practically, it is worth checking the herd status when resistance is suspected and introducing selective treatment strategies.

Key words

Resistance, digestive strongyles, anthelmintics, macrocyclic lactones, coproscopy, ostertagia.
Lors du Forum européen de buiatrie en octobre 2015 à Rome, des parasitologues de différentes nationalités ont donné un aperçu de l’actualité des résistances aux anthelminthiques chez les bovins à la faveur des séances plénières ou des symposiums. Nous revenons ici sur quelques aspects de cette problématique, à l’échelle du praticien, à la lumière des données issues d’autres espèces, d’autres pays, voire d’autres continents, en interrogeant l’un des intervenants [1]. Cet article concerne les strongles digestifs des bovins. Y A-T-IL DES RÉSISTANCES AUX ...
Pour bénéficier de l'accès aux articles de la revue, vous devez être identifié.
Vous avez un compte ?


Mot de passe oublié ?
Vous n'avez pas de compte ?

Se créer un compte
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité