Le point Vétérinaire n° 365 du 01/05/2016
 

Dossier

Diagnostic précoce de la dysplasie de la hanche

Claire Deroy-Bordenave et Guillaume Ragetly

La dysplasie de la hanche est une anomalie de conformation de l’articulation coxo-fémorale d’origine multifactorielle,

à caractère héréditaire, assez précoce et fréquente chez les individus de grande race.

Elle évolue presque systématiquement avec le développement d’arthrose,

mais son expression clinique peut être différée.

Un diagnostic le plus précoce possible est essentiel,

il découle d’examens orthopédique, radiologique et/ou arthroscopique minutieux et spécifiques.

Les examens radiographiques sont effectués selon des protocoles formatés

(vues classique, en distraction, du rebord acétabulaire) qui permettent d’objectiver et d’évaluer l’intensité de la laxité. Ils peuvent être complétés par une arthroscopie.

Les premiers signes sont une subluxation de la tête fémorale et le sousdéveloppement du bord cranio-dorsal de la cavité acétabulaire.

Puis le degré de subluxation augmente jusqu’à entraîner les premiers signes d’arthrose, rarement visibles avant 12 mois.

La prévention hygiénique de la dysplasie de la hanche chez le jeune chien

Bertrand Pucheu

D’origine génétique, la dysplasie de la hanche a une expression clinique

qui dépend de facteurs environnementaux.

Un bon équilibre alimentaire est important dès le plus jeune âge,

en évitant les excès énergétiques qui accélèrent la croissance. L’influence des autres paramètres de la ration sur le développement spécifique de la dysplasie coxofémorale reste à démontrer.

Le second facteur est l’optimisation des conditions de vie

et la régulation de l’activité physique.

La gestion de l’environnement doit prévoir un espace libre,

de plain-pied avec un sol non glissant et non accidenté.

Une activité physique est nécessaire

mais avec un contrôle de la fréquence et de l’intensité.

Ces mesures doivent se prolonger durant toute la croissance

avec une attention particulière avant 5 mois.

Traitement chirurgical précoce de la dysplasie de la hanche

Claire Deroy-Bordenave et Guillaume Ragetly

La correction chirurgicale de la dysplasie de la hanche est parfois nécessaire.

Dans les cas concernés, une prise en charge précoce est idéale.

Les trois interventions principales chez le jeune

sont : la symphysiodèse pubienne juvénile (SPJ), la double ostéotomie du bassin (DOB) et la prothèse totale de hanche non cimentée (PTHNC).

Les résultats de la SPJ sont très bons

lorsque le dépistage est assez précoce.

La DOB est la technique idéale pour les chiots âgés de 6 à 10 mois

sans souffrance avancée du cartilage avec une amélioration rapide de la fonction locomotrice.

La PTHNC est un dernier recours

(malformation coxo-fémorale ou arthrose avancée invalidante) avec des résultats très satisfaisants dès le jeune âge avec des chirurgiens expérimentés.

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité