Le point Vétérinaire n° 365 du 01/05/2016
 

PARASITOLOGIE DES NAC

Thérapeutique

Adeline Linsart*, Yassine Mallem**


*Unité NAC
Centre hospitalier vétérinaire Saint-Martin,
275, Route impériale
74370 Saint-Martin-Bellevue
**Unité NAC
Centre hospitalier vétérinaire Saint-Martin,
275, Route impériale
74370 Saint-Martin-Bellevue
***Auteur coordinateur

L’association antiparasitaire à spectre large imidaclopride et moxidectine offre une excellente tolérance chez le cobaye.

L’association imidaclopride et moxidectine est largement utilisée chez les nouveaux animaux de compagnie (NAC), en raison de son large spectre d’action, de sa facilité d’emploi et de son excellente tolérance. Elle ne possède actuellement chez les NAC qu’une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour le furet dans le traitement de la pulicose et de la dirofilariose.

L’APPLICATION CUTANÉE PERMET UNE ACTION RAPIDE ET EFFICACE

Après une application cutanée, la moxidectine est distribuée au niveau systémique et lentement éliminée du secteur vasculaire (1 mois). Elle agit par interférence avec les récepteurs du glutamate des cellules nerveuses du parasite : les vers plats ne possédant pas ces récepteurs, ils y sont insensibles. L’imidaclopride diffuse rapidement au niveau cutané depuis le site d’application et persiste 4 semaines. Il possède une forte affinité pour les récepteurs nicotiniques de l’acétylcholine chez les insectes et passe faiblement la barrière hématoméningée (BHM). Il n’existe pas de données pharmacocinétiques chez le cobaye.

UNE MARGE THÉRAPEUTIQUE ÉLEVÉE

Cette association d’antiparasitaires est très bien tolérée. Des effets secondaires sont parfois observés, comme des réactions locales liées à l’excipient antioxydant (butyl-hydroxytoluène). Dans de rares cas, un surdosage, une ingestion (toilettage) ou une perméabilité inhabituelle de la BHM peuvent aussi être à l’origine de troubles comportementaux ou digestifs.

SCHÉMAS THÉRAPEUTIQUES CHEZ LE COBAYE

Seules les présentations Advocate® chats/furets, moins concentrées en moxidectine, sont utilisées chez le cobaye (100 mg/ml d’imidaclopride et 10 mg/ml de moxidectine). L’intervalle de temps entre deux applications de spot-on est déterminé par la rémanence du produit (estimée plus faible chez les petits mammifères que chez les carnivores domestiques) et la durée du cycle parasitaire. En pratique, une application tous les 15 jours est le plus souvent suffisante pour les nématodes, les gales et les pseudogales rencontrés chez le cobaye :

– nématodes : deux administrations cutanées à 15 jours d’intervalle, à raison de 2 mg/kg de moxidectine, soit 0,02 ml/100 g de la présentation Advocate® chats ;

– gales et pseudo-gales : deux à quatre administrations cutanées à 15 jours d’intervalle, à raison de 1 mg/kg, soit 0,01 ml/100 g de la présentation Advocate® chats ;

– démodécie (Demodex caviae) : application cutanée mensuelle de moxidectine pendant 3 à 4 mois ;

– puces : imidaclopride par voie cutanée à 10 mg/kg, toutes les 2 à 3 semaines (soit 0,01 ml/100 g de la présentation Advocate® chats) [5].

INTÉRÊT D’UN TRAITEMENT PRÉVENTIF

Le cobaye peut être porteur asymptomatique de Trixacarus caviae et de Chirodiscoides caviae, ainsi que du nématode digestif Paraspidodera uncinata [1-3, 6]. La prévalence de Paraspidodera uncinata est de 45 % chez les cobayes provenant d’animaleries [1]. Les infestations par les poux (Gliricolla porcelli et Gyropus ovali) sont également très fréquentes chez les cobayes en collectivité, mais asymptomatiques si les insectes sont en nombre réduit (photo) [1, 4, 5]. Un traitement préventif unique moxidectine-imidaclopride peut être réalisé au moment de l’adoption ou avant la période de reproduction en élevage [4].

Références

  • 1. Baker DJ. Flynn’s parasites of laboratory animals. 2nd ed. Wiley Blackwell. 2007:840p.
  • 2. Boucher S. Examens complémentaires en parasitologie des petits mammifères de compagnie. Dans: Boucher S, Bulliot C, Doumerc G et coll. Examens complémentaires chez les NAC. Éditions du Point Vétérinaire. 2009:58-70.
  • 3. Fisher M, Beck W, Hutchinson M. Efficacy and safety of selamectin used off-label in exotic pets. Intern. J. Appl. Res. Vet. Med. 2007;5(3):87-96.
  • 4. Kim SH, Jun HK, Yo MJ, Kim DH. Use of a formulation containing imidacloprid and moxidectin in the treatment of lice infestation in guinea pigs. Vet. Dermatol. 2008;19:187-188.
  • 5. Linsart AJ, Vidémont-Drevon E. Dermatologie des petits mammifères de compagnie : rongeurs. EMC Vétérinaire. 2016;13(1):1-18 [Article DE 3720].
  • 6. Percy DH, Barthold SW. Pathology of laboratory rodents and rabbits. 2nd ed. Blackwell Publishing. 2001:315p.

Conflit d’intérêts

Aucun.

Gliricolla porcelli.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité