Le point Vétérinaire n° 357 du 01/07/2015
 

REPRODUCTION FÉLINE

Fiche

Benoît Tainturier*, Coralie Portelli-Clerc**, Daniel Tainturier***


*Vétérinaire des armées,
Antenne vétérinaire de Paris
Garde républicaine,
18, boulevard Henri-IV, 75181 Paris Cedex 04
b.tainturier@yahoo.fr
**Vétérinaire des armées, Antenne vétérinaire
de Toulouse, BP 45017, 31032 Toulouse Cedex 05
***Service de biotechnologies et pathologie
de la reproduction, École nationale vétérinaire,
agroalimentaire et de l’alimentation de Nantes
Atlantique-Oniris, 44307 Nantes Cedex 3

La vasectomie, en permettant de stériliser les chats mâles sans modifier leur comportement, peut être mise à profit pour maîtriser une population de chats errants.

Une population de chats errants se présente généralement comme un ensemble d’animaux regroupés autour d’une même source de nourriture (photo). Si cette dernière est suffisante, le groupe peut croître rapidement et engendrer de nombreuses nuisances. Les chats errants peuvent également représenter des vecteurs de zoonoses. Un plan de lutte contre les animaux errants doit alors être mis en place.

Principales méthodes de lutte contre les chats errants

La lutte contre la prolifération des chats errants repose sur plusieurs approches : il s’agit principalement de l’élimination ou de la stérilisation des animaux.

L’éradication totale des chats errants est la plupart du temps un échec car de nouveaux chats viennent généralement remplacer les animaux éliminés [7, 9].

La stérilisation des chats mâles et femelles est le plus souvent mise en œuvre [4, 7, 9]. Il s’agit d’une méthode économique et bien acceptée par les riverains. Les animaux sont capturés à l’aide de pièges. Une castration est généralement pratiquée chez les mâles et une ovariectomie chez les femelles. Les chats sont ensuite relâchés sur leur lieu de capture. Néanmoins, l’intérêt de la castration du chat mâle est limité dans le cadre de la lutte contre les chats errants. En effet, il est généralement impossible de castrer tous les mâles. Or la persistance de quelques chats mâles non castrés peut suffire à rendre gestantes la plupart des femelles encore fécondes. Les chats mâles dominants, sexuellement très actifs, perdent leur place hiérarchique une fois castrés et sont remplacés par les chats ayant échappé au programme de stérilisation [6].

Avantages de la vasectomie

La vasectomie présente plusieurs avantages par rapport à la castration chez le chat errant.

Tout d’abord, la vasectomie maintient la capacité du chat mâle à s’accoupler. Le chat étant une espèce à ovulation provoquée, l’accouplement d’un mâle vasectomisé et d’une femelle en chaleurs permet d’induire une ovulation sans fécondation. Si la chatte rencontre un chat non castré quelques jours plus tard, elle ne sera pas fécondée puisque l’ovulation aura déjà eu lieu.

De plus, une ovulation sans fécondation est habituellement suivie d’une pseudo-gestation d’une durée comprise entre 1 et 2 mois, pendant laquelle la femelle ne revient pas en chaleurs [8]. Ainsi, la présence de mâles vasectomisés au sein d’une population de chats errants permet de diminuer la fréquence des gestations chez les femelles.

D’autre part, les chats vasectomisés conservent le comportement d’animaux non castrés et maintiennent ainsi leur rang au sein de la hiérarchie du groupe. Dans l’espèce féline, les mâles dominants saillissent de nombreuses femelles et empêchent les mâles dominés de s’accoupler [3, 4]. La vasectomie de chats dominants permet ainsi d’empêcher les chats non castrés de féconder les femelles. Au contraire, les chats castrés se battent moins avec leurs congénères et perdent leur statut dominant [2, 3].

De plus, en rôdant activement dans leur territoire et en se battant avec les chats provenant de l’extérieur, les mâles vasectomisés défendent leur territoire et s’opposent à l’introduction de nouveaux congénères [2, 4].

À la différence de la castration qui diminue les interactions avec les congénères, la vasectomie permet d’instaurer une compétition entre chats stériles et chats non castrés. La vasectomie d’une partie de la population de mâles permet ainsi de réduire le nombre de gestations, en particulier si les mâles dominants sont opérés. Cette technique a donc toute sa place dans un programme de stérilisation de chats errants.

Si le statut hiérarchique des chats capturés est connu, il est possible de réserver la vasectomie aux animaux dominants et de pratiquer une castration, plus rapide à mettre en œuvre, sur les chats dominés.

Inconvénients de la vasectomie

Le principal inconvénient de la vasectomie est le maintien d’un comportement de chat non castré. Les animaux vasectomisés présentent ainsi un marquage urinaire, des vocalises et une agressivité vis-à-vis des autres chats. Ce comportement peut gêner le voisinage.

De plus, les interactions entre les chats vasectomisés et leurs congénères, telles que les combats et les accouplements, peuvent favoriser la transmission de maladies infectieuses. Il s’agit notamment du virus de l’immunodéficience féline, de la leucose féline et de la rage. Dans les régions d’épizootie rabique, la vasectomie est ainsi contre-indiquée chez les chats domestiques pour éviter l’exposition de leur propriétaire au virus de la rage. Néanmoins, dans le cas des chats errants, les animaux vasectomisés s’opposent à l’introduction de congénères sur leur territoire, ce qui peut participer à limiter les risques d’exposition humaine à la rage dans cette zone.

Enfin, la vasectomie n’élimine pas les spermatozoïdes présents dans les voies spermatiques. Le chat étant toujours capable de s’accoupler, il peut rester fertile quelques semaines après la chirurgie [7].

Marquage à l’oreille

Dans le cas d’un chat errant, il est nécessaire d’identifier l’animal comme étant stérilisé, afin d’éviter une nouvelle capture et une nouvelle intervention chirurgicale. Pour cela, une otectomie unilatérale réalisée au cours de l’anesthésie est traditionnellement proposée. Les auteurs britanniques réalisent par convention une section linéaire de l’extrémité de l’oreille gauche perpendiculairement à son grand axe [1]. Il est également possible de réaliser un “V” à l’emporte-pièce sur l’oreille [5, 9]. En France, l’otectomie est réglementée et n’est autorisée que si un vétérinaire considère cette intervention nécessaire dans l’intérêt d’un animal particulier. Elle peut être remplacée, de manière moins visible, par un tatouage à l’oreille.

Conclusion

D’un intérêt très limité chez le chat domestique, la vasectomie peut être employée chez les animaux errants. Dans ce cadre, cette technique de stérilisation présente plusieurs avantages par rapport à la castration. Le recours à la vasectomie permet de diminuer le nombre de gestations et permet ainsi de lutter plus efficacement contre la prolifération des chats. Néanmoins, la lutte contre les chats errants doit être complétée par d’autres méthodes, telles qu’une sensibilisation du public visant à limiter la distribution de nourriture aux animaux errants [4].

Références

  • 1. Cuffe DJC, Eachus JE, Jackson OF et coll. Ear-tipping for identification of neutered feral cats. Vet. Rec. 1983;112 (6):129.
  • 2. Hart BL, Barrett RE. Effects of castration on fighting, roaming, and urine spraying in adult male cats. J. Am. Vet. Med. Assoc. 1973;163(3):290-292.
  • 3. Kendall TR. Cat population control: vasectomize dominant males. Calif. Vet. 1979;33(7):9-12.
  • 4. Mahlow JC, Slater MR. Current issues in the control of stray and feral cats. J. Am. Vet. Med. Assoc. 1996;209(12):2016-2020.
  • 5. Mailhac JM, Barraud F, Valon F et coll. Vasectomie du chat. Point Vét. 1980;10(46):38-39.
  • 6. McCarthy RJ, Levine SH, Reed JM. Estimation of effectiveness of three methods of feral cat population control by use of a simulation model. J. Am. Vet. Med. Assoc. 201;243(4):502-511.
  • 7. Neville PF, Remfry J. Effect of neutering on two groups of feral cats. Vet. Rec. 1984;144:447-450.
  • 8. Paape SR, Shille VM, Seto H et coll. Luteal activity in the pseudopregnant cat. Biol. Reprod. 1975;13:470-474.
  • 9. Zaunbrecher KI, Smith RE. Neutering of feral cats as an alternative to eradication programs. J. Am. Vet. Med. Assoc. 1993;203(3):449-452.

Conflit d’intérêts

Aucun.

Les chats errants se regroupent autour d’une meme source de nourriture.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité