Le point Vétérinaire Rural n° 344 du 01/04/2014

SANTÉ MAMMAIRE

Étude

Grégoire Kuntz*, Ivanne Leperlier**, Daniel Le Clainche***


*GDS Bretagne,
13, rue du Sabot, BP 28, 22440 Ploufragan
**GDS Bretagne (groupe qualité du lait)
8, avenue É. Degas, BP 110, 56003 Vannes Cedex
g.kuntz@gds22.asso.fr
***GDS Bretagne (groupe qualité du lait)
8, avenue É. Degas, BP 110, 56003 Vannes Cedex
g.kuntz@gds22.asso.fr

Les critères de réforme, la conduite des traitements et les modalités du tarissement paraissent perfectibles en élevages biologiques.

Résumé

OBJECTIFS

→ Identifier les facteurs de risque expliquant les résultats

→ Aboutir à des recommandations de mesures préventives.

MATÉRIEL ET MÉTHODE

Données des audits des groupements de défense sanitaire avec assistance à la traite sur 25 élevages conventionnels et 44 élevages biologiques volontaires.

RÉSULTATS

→ Les comptages cellulaires individuels de tank sont un peu meilleurs en élevage biologique. cependant, moins de vaches sont titrées en dessous de 300 000 cellules/ml et davantage au-dessus de 600 000 cellules/ml, et le profil de vache “infectée/saine/douteuse” est moins favorable. En revanche, des mammites cliniques en moins grand nombre et un meilleur taux de guérison sont observées dans ce type de cheptels.

→ Les facteurs “bâtiment", “traite” et “lésions” ne sont pas très segmentants. En revanche, la qualité des réformes et le recours aux traitements curatifs et surtout “préventifs” (au tarissement) diffèrent entre les deux types d’élevage.

DISCUSSION

→ Cette étude n’a pas révélé des écarts importants entre les deux types d’élevage.

→ Le nombre de vaches à comptages cellulaires individuels élevés est supérieur en élevage biologique, comme dans différentes études, sans pour autant que l’écart soit important.

→ La proportion de nouvelles infections après la période sèche a tendance à être plus élevée en élevage biologique.

→ La conduite des traitements est nettement moins bonne en élevage biologique.

Summary

Organic farms and milk quality

OBJECTIVES

→ Identify risk factors in relation to the results

→ Identify recommendations for preventive measures.

MATERIALS AND METHODS: Data audits from Groupements de défense sanitaire (farmer herd health control groups) with assisted milking on 25 conventional farms and 44 volunteer organic farms.

RESULTS

→ Individual tank cell counts are a little better in organic farming. However, fewer cows are titrated below 300 000 cells/ml and more are above 600 000 cells/ml, and the “infected/healthy/doubtful” cow profile is less favourable. In contrast, there are less cases of clinical mastitis and better recovery rates are observed in this type of livestock.

→ The factors “building”, “milking” and “lesion” are not very segmented.

However, the quality of culls and the use of curative treatments and preventive measures differ between the two types of livestock.

DISCUSSION

→ This study revealed that there are no significant differences between the two types of livestock.

→ The number of cows with high individual cell counts is higher in organic farming, as found in other studies, but the difference is not significant.

→ The proportion of new infections after the dry season tends to be higher in organic farming.

→ Approach to treatment is significantly worse in organic farming.

Key words

Cows, milk quality, organic, cells, mastitis, milking
Une étude réalisée en 2010 par la Fédération régionale des agriculteurs biologiques (Frab) de Bretagne auprès de 29 élevages laitiers biologiques a révélé un taux annuel de mammites cliniques de 20,7 % [7]. Soixante et un pour cent des élevages présentent un taux inférieur à 20 % et ont été considérés comme “non préoccupants”. Dix-huit pour cent ont été classés en “situation défavorable”.Ce sont surtout les comptages moyens de cellules somatiques qui étaient moins bons qu’en élevage conventionnel : 45 % des cheptels affichaient ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus

Boutique

Parce que l’échographie se démocratise et n’est plus réservée qu’au seul vétérinaire spécialiste, Hélène Kolb, Isabelle Testault, avec la collaboration de Delphine Rault et de Laure Gatel pour les chapitres ayant trait à l’appareil reproducteur, nous font partager dans cet ouvrage toute leur expertise en échographie abdominale du chien et du chat. L’aspect échographique normal et pathologique de chaque organe est décrit dans cet atlas de référence comprenant plus de 600 images.

En savoir plus sur cette nouveauté
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

En savoir plus


Inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter

Découvrez en avant-première chaque mois le sommaire du Point Vétérinaire Expert Canin et Expert Rural.

Vidéo : Comment s'inscrire aux lettres d'informations du Point Vétérinaire

Retrouvez-nous sur
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK