Le point Vétérinaire n° 344 du 01/04/2014
 

NÉONATALOGIE

Dossier

Vincent Charvet*, Françoise Lemoine**


*Centre hospitalier vétérinaire Atlantia
22, rue René-Viviani
44200 Nantes
**Centre hospitalier vétérinaire Atlantia
22, rue René-Viviani
44200 Nantes

Les maladies entraînant la mort des chiots sont liées à la mère, à l’environnement, aux compétences de l’éleveur, mais aussi à des bactéries ou à des virus. La faible spécificité des signes oblige souvent à pratiquer une autopsie.

L’autopsie permet d’avoir un accès direct aux organes et d’effectuer des prélèvements. Elle a un objectif diagnostique et permet de proposer un traitement adapté pour les survivants ou les portées futures. Tout chiot mort doit être autopsié même si cet acte a un coût et qu’il ne permet pas d’identifier la cause de la mort dans tous les cas.

Elle doit être réalisée le plus vite possible par un laboratoire spécialisé. Un délai de quelques heures permet d’envisager des prélèvements bactériologiques, d’une journée des prélèvements histologiques. Les examens par polymerase chain reaction (PCR) peuvent être différés jusqu’à plusieurs jours (tableau).

Dans le cas où l’autopsie doit être repoussée, le corps doit être conservé au réfrigérateur à 4 °C enveloppé dans un papier journal humidifié. En cas d’envoi, il est nécessaire de prévoir un colis réfrigéré et étanche. Il convient alors de bien décrire l’anamnèse et de prévenir le laboratoire.

En cas de réalisation de l’autopsie directement par le vétérinaire, il peut être intéressant de contacter le laboratoire afin de discuter des modalités de prélèvements et d’envoi. L’examen est réalisé sur une surface a minima désinfectée. Le port de gants stériles est recommandé pour obtenir des résultats significatifs lors des prélèvements bactériologiques.

L’extérieur de l’animal doit être examiné avant de le disséquer (traces de morsure, anomalie flagrante, etc.). Il convient aussi de prélever du sang au coeur (pour une éventuelle hémoculture) et les liquides d’épanchement présents. Les prélèvements du ou des organes doivent être réalisés le plus stérilement possible [1].

Si les prélèvements bactériologiques sont à expédier le plus rapidement possible, les examens PCR et histologiques peuvent être différés. Les pièces placées dans le formol ou congelées afin d’effectuer des examens PCR sont conservées après avoir pris soin de les identifier de façon indélébile.

L’aspect des lésions et le contexte d’élevage permettent au praticien de raisonner les analyses demandées. Les examens histologiques doivent avoir une place privilégiée car la mise en évidence d’éléments histopathologiques spécifiques est souvent diagnostique.

Références

  • 1. Root Kustritz MV. Common disorders of the small animal neonate. Lecture Notes. University of Minnesota College of Veterinary Medecine, Saint Paul MN 55108. Octobre 2006.

Conflit d’intérêts

Aucun.

1. Matériel nécessaire à l’autopsie. Le matériel nécessaire pour réaliser une autopsie inclut des gants stériles, des ciseaux, un scalpel, une pince, des aiguilles et des seringues, ainsi que des tubes de sang secs et des pots pour des analyses histologiques, bactériologiques et PCR.

2. Conservation du cadavre. Les éleveurs doivent être informés des conditions optimales de conservation. Le cadavre est placé dans un papier journal humidifié et conservé au frais.

3. Examen du pelage, de la peau et des orifices. La recherche de trace de morsure ou de tout autre traumatisme est une première étape. Les accidents mortels par blessure à la suite de maladresses ou de troubles comportementaux maternels (déficit des autocontrôles) sont fréquents. La présence de souillures ou de prolapsus de l’anus (syndrome du lait toxique), de vomissements (hyperhydratation, septicémie, etc.) ou d’hémoptysie (écrasement thoracique), et de fente palatine, permettent d’orienter le diagnostic avant la dissection du cadavre.

4. Examen et retrait du tégument. Après un examen minutieux des orifices (gueule, anus, oreilles) et de la peau, le tégument est décollé à la recherche de plaie, d’hématome ou de fracture.

5. Ouverture des cavités abdominales et thoracique. L’abdomen est ouvert par la ligne blanche et un volet thoracique est dégagé. Les lésions macroscopiques sont souvent non pathognomoniques. Il est de règle de prélever le poumon, le coeur, le foie, les reins et la rate sous forme de cubes d’environ 5 à 10 mm. Les intestins sont prélevés en dernier (après la pose de ligatures avant leur section).

6. Collection des liquides d’épanchement. Si des liquides sont présents, il convient de les prélever stérilement pour une analyse bactériologique ou cytologique.

7. Préparation des prélèvements. Un échantillon de chaque organe est déposé dans chacun des pots (règle des trois pots) : stérile pour les examens bactériologiques, contenant du formol pour les analyses histologiques et sec pour les analyses PCR.

TABLEAU 1
Site de prélèvement pour les analyses PCR en fonction des agents pathogènes recherchés

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité