Le point Vétérinaire n° 325 du 01/05/2012
 

EN 10 ÉTAPES

Hélène Kolb*, Isabelle Testault**


*Centre hospitalier vétérinaire Atlantia
22, rue René-Viviani
44200 Nantes
helenekolb@yahoo.fr
**Centre hospitalier vétérinaire Atlantia
22, rue René-Viviani
44200 Nantes
helenekolb@yahoo.fr

Connaître l’aspect normal de la paroi et du contenu gastriques est essentiel pour percevoir les modifications échographiques de l’estomac.

L’examen échographique de l’estomac est relativement simple à réaliser pour le manipulateur. Il repose essentiellement sur une parfaite connaissance de la topographie de l’organe et sur la maîtrise des facteurs de variation d’un animal à un autre. Cet article détaille les outils échographiques indispensables pour apprécier l’estomac normal chez le chien et le chat.

RAPPELS ANATOMIQUES DE L’ESTOMAC

1. Situation dans l’abdomen et anatomie

L’estomac siège sous la coupole diaphragmatique, caudalement au foie. Selon son état de réplétion, il peut dépasser le cercle de l’hypochondre et repousser caudalement les autres organes abdominaux. Il a une forme de besace dont le grand axe est orienté latéro-latéralement et dorso-ventralement dans l’abdomen (figure). Il possède ainsi :

– deux faces, l’une antérieure (face pariétale) et l’autre postérieure (face viscérale) ;

– deux bords appelés “courbures” (la petite courbure est craniale et la grande, caudale) ;

– deux extrémités. La plus large, le fundus en forme de cul-de-sac, est située dorsalement à gauche du plan médian, et la plus petite, le pylore, ventralement à droite chez le chien et plus proche du plan médian chez le chat. La partie pylorique est orientée perpendiculairement au plan médian [1]. Le corps de l’estomac est compris entre le fundus et le pylore, et se trouve à gauche du plan médian.

L’estomac possède deux orifices : le cardia, à l’entrée, par lequel transitent les aliments provenant de l’œsophage, et le pylore, à sa sortie, en continuité avec la courbure craniale duodénale.

Le drainage lymphatique de l’estomac est assuré par les nœuds lymphatiques gastriques, pancréatico-duodénaux, hépatiques et spléniques. Les nœuds lymphatiques gastriques se situent cranialement à l’estomac, à proximité du pylore, et les nœuds lymphatiques hépatiques, de chaque côté de la veine porte près du hile du foie. Les nœuds lymphatiques spléniques sont localisés près du hile de la rate, le long des veines spléniques, et, enfin, les nœuds lymphatiques pancréatico-duodénaux se trouvent entre le lobe droit du pancréas et le pylore.

2. Rapports anatomiques

Le fundus est situé sous les dernières côtes, et est en contact avec le pilier gauche du diaphragme dorsalement et avec le lobe gauche du pancréas caudalement. Lorsque l’estomac est plein, il peut toucher le rein gauche et la rate. Le corps est en contact, ventralement, avec le lobe latéral gauche du foie et, latéralement à gauche, avec la paroi abdominale. La partie pylorique est bordée, cranialement, par le foie et, caudalement, par le lobe gauche du pancréas et le côlon transverse (photo 1).

TECHNIQUE D’EXPLORATION ÉCHOGRAPHIQUE DES GLANDES SURRÉNALES

1. Préparation de l’animal

La tonte concerne l’ensemble de l’abdomen ventral. Elle doit se prolonger assez largement sur les côtés de l’animal et peut s’étendre jusqu’aux derniers espaces intercostaux à droite chez les chiens de grand format pour faciliter l’examen du pylore. Un jeûne de 12 heures est recommandé, mais il ne garantit pas l’absence de gaz digestifs, qui occasionnent souvent des artefacts gênants.

2. Positionnement de l’animal

L’animal est généralement placé en décubitus dorsal, maintenu par un coussin en mousse. L’examen sur animal debout peut faciliter l’exploration de la portion ventrale de la partie pylorique et du corps de l’estomac, en particulier chez les individus de grand format [6].

3. Choix des sondes

Des sondes électroniques microconvexes de fréquence ultrasonore 7,5 à 10 MHz sont couramment utilisées. Des sondes linéaires de plus haute fréquence (plus de 15 MHz) permettent un examen plus précis de la paroi gastrique chez le chat et les petits chiens.

4. Examen échographique

Le manipulateur positionne tout d’abord la sonde ultrasonore à gauche du plan médian, juste en arrière du cercle de l’hypochondre, et réalise des plans de coupes sagittale et transversale du fundus et du corps de l’estomac. Puis il la déplace latéralement vers le plan médian et/ou à droite et réalise des plans de coupes sagittale et transversale (voire légèrement oblique) afin d’obtenir l’antre pylorique dans les deux dimensions. Chez les chiens brévilignes et médiolignes et les chats, l’abord ventral permet de visualiser le pylore et la courbure craniale duodénale. La partie distale de l’œsophage (œsophage abdominal) et le cardia ne sont pas toujours accessibles en raison de leur position très cranio-dorsale, et de la gêne occasionnée par l’air présent dans les poumons et l’estomac (photo 2).

IMAGES ÉCHOGRAPHIQUES NORMALES DE L’ESTOMAC

1. Aspect général de l’estomac

L’aspect de l’estomac varie selon son état de réplétion et la présence ou non de gaz. Toutefois, cet organe reste facilement identifiable par l’aspect plissé de sa paroi. Le plus souvent, et ce malgré une diète respectée, les gaz digestifs rendent difficile la visualisation de la totalité du fundus et du corps. Ils sont responsables d’artefacts (de réverbération et d’ombres acoustiques) qui gênent l’observation des structures profondes de l’estomac (contenu et paroi dorsale) [4]. Dans ces conditions, seule la paroi ventrale (la plus proche de la sonde) est facilement accessible. Elle montre des replis muqueux, dont le nombre augmente avec la vacuité digestive, et inversement (les plis s’effacent au fur et à mesure que l’estomac se remplit).

En l’absence de gaz digestifs et lorsque l’estomac est vide, le manipulateur peut voir le fundus et le corps, qui, par leur muqueuse plissée, apparaissent sous la forme d’une fleur, d’un chou-fleur, de rayons d’une roue ou d’une étoile [1-3] (photo 3).

2. Paroi normale de l’estomac

Couches échographiques

La paroi gastrique est composée de cinq couches échographiques (photo 4). De la lumière vers l’extérieur, le manipulateur distingue :

– une interface muqueuse-lumière hyperéchogène ;

– une muqueuse hypoéchogène ;

– une sous-muqueuse hyperéchogène ;

– une musculeuse hypoéchogène ;

– une séreuse hyperéchogène.

Épaisseur de la paroi

L’épaisseur de la paroi gastrique se mesure entre deux plis, sous peine d’être surestimée (photo 5). Les contractions liées au péristaltisme peuvent également majorer cette mesure. À l’inverse, plus l’estomac est plein, plus la paroi s’amincit. Les deux couches les plus épaisses sont la muqueuse et la musculeuse, et sont de taille identique. Chez le chiot, la muqueuse, la sous-muqueuse et la musculeuse sont d’épaisseur égale, et la séreuse est la couche la plus fine [8].

Chez le chien, l’épaisseur normale est comprise entre 2 et 5 mm [6, 7].

Chez le chat, elle est de 1,7 à 3,6 mm [2, 5].

Péristaltisme gastrique

Le péristaltisme normal est, en moyenne, de trois à cinq contractions par minute [7].

3. Contenu normal de l’estomac

Le contenu normal peut être alimentaire, gazeux ou liquidien/muqueux (photo 6). Les aliments apparaissent sous la forme de structures hypoéchogènes en mouvement en fonction du péristaltisme. Les gaz se matérialisent par des surfaces réfléchissantes hyperéchogènes intraluminales associées à des ombres acoustiques et à des artefacts en queue de comète. Enfin, le contenu muqueux se présente sous l’aspect d’éléments liquidiens plus ou moins échogènes, mobiles au gré du péristaltisme.

Conclusion

Cet article détaille l’anatomie et l’aspect échographique normal de l’estomac. La connaissance des images normales est essentielle pour le dépistage et le diagnostic des lésions pathologiques.

Références

  • 1. Chetboul V, Tessier-Vetzel D, Pouchelon JL. Examen échographique du tube digestif. Dans : Échographie et Doppler du chien et du chat, Atlas en couleur. Masson, Paris. 2005:21-43.
  • 2. Goggin JM, Biller DS, Debey BM et coll. Ultrasonographic measurement of gastro-intestinal wall thickness and the ultrasonographic appearance of the ileocolic region in healthy cats. J. Am. Anim. Hosp. Assoc. 2000;36:224-228.
  • 3. Hudson JA, Mahaffey MD. The gastrointestinal tract. In: Cartee RE et coll. Practical Veterinary Ultrasound. Lea and Feabinger, Philadelphia. 1995:107-134.
  • 4. Moon ML, David S. Biller. Ultrasound of the gastrointestinal tract. Vet. Clin. Small Anim. 2009;39:747-759.
  • 5. Newell SM, Graham JP, Roberts GD et coll. Sonography of the normal feline gastrointestinal tract. Vet. Radiol. Ultrasound. 1999;40:40-43.
  • 6. Penninck DG. Gastrointestinal tract. In : Penninck DG, d’Anjou M (eds). Atlas of small animal ultrasonography. Blackwell Publishing, Iowa, États-Unis. 2008:281-318.
  • 7. Penninck DG, Nyland TG, Fisher PE et coll. Ultrasonography of the normal canine gastrointestinal tract. Vet. Radiol. Ultrasound. 1989;30:272-276.
  • 8. Stander N, Wagner WM, Goodard A et coll. Normal canine pediatric gastrointestinal ultrasonography. Vet. Radiol. Ultrasound. 2010;51(1):75-78.

Points forts

→ Le drainage lymphatique de l’estomac est assuré par les nœuds lymphatiques gastriques, pancréatico-duodénaux, hépatiques et spléniques.

→ L’estomac vide apparaît sous la forme d’une fleur, d’un chou-fleur, de rayons d’une roue ou d’une étoile.

→ Les cinq couches échographiques de l’estomac sont une interface muqueuse-lumière hyperéchogène, une muqueuse hypoéchogène, une sous-muqueuse hyperéchogène, une musculeuse hypoéchogène et une séreuse hyperéchogène.

→ L’épaisseur de la paroi gastrique doit être mesurée entre deux plis.

→ Chez le chien, l’épaisseur normale est comprise entre 2 et 5 mm. Chez le chat, elle est de 1,7 à 3,6 mm.

1. Le pylore (flèche pointillée) est bordé cranialement par le foie.

FIGURE
Anatomie de l’estomac

2. Le cardia, cranial et dorsal, n’est pas toujours accessible.

3. Estomac vide, plissé, en forme de fleur, de chou-fleur ou de rayons d’une roue.

4. L’épaisseur de la paroi gastrique se mesure entre deux plis (flèche).

5. La paroi gastrique est constituée de cinq couches échographiques.

6. Estomac de chien avec un contenu liquidien. Celui-ci apparaît hypoéchogène avec quelques particules en suspension.

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité