Le point Vétérinaire n° 324 du 01/04/2012
 

GASTRO-ENTÉROLOGIE FÉLINE

Thérapeutique

Jean-Claude Desfontis*, Hervé Pouliquen**


*Unité de pharmacologie et toxicologie,
École nationale vétérinaire agroalimentaire
et de l’alimentation Nantes Atlantique, Oniris
BP 40706, 44307 Nantes Cedex 3
**Auteur-coordinateur

En présence d’une insuffisance rénale aiguë ou chronique, les antivomitifs constituent un traitement de soutien symptomatique bénéfique, mais pas en première intention.

Dans l’insuffisance rénale aiguë (IRA, altération brutale et réversible) et chronique (IRC, altération chronique et irréversible), des troubles gastro-intestinaux avec une anorexie, des nausées, des vomissements et de la diarrhée peuvent apparaître.

Vomissement et insuffisances rénales

Le vomissement est généralement lié à une hypergastrinémie et/ou à une hyperurémie ou à une hyperkaliémie dans le cas de l’IRA. La gastrine est une hormone digestive qui stimule la sécrétion d’acide gastrique. Il en résulte une hyperacidité gastrique, des nausées, des vomissements, une baisse d’appétit, et, enfin, un risque accru de gastrite et d’ulcération gastroduodénale. Lors d’hypergastrinémie, c’est une stimulation périphérique centripète provenant du tube digestif qui sollicite le centre du vomissement. En revanche, il s’agit d’une action centrale sur la chemoceptive trigger zone pour l’urée et le potassium.

Stratégie thérapeutique

Un diagnostic complet doit toujours être établi, notamment pour identifier l’origine des vomissements et ne pas instaurer un traitement antivomitif qui reste symptomatique sans cette précaution. Dans le cas de l’IRA, le traitement étiologique doit être mis en place d’urgence et en première intention. Lors d’IRC, un traitement de fond est à instaurer.

Dans l’IRC, les anti-histaminiques H2 (cimétidine, ranitidine, famotidine) peuvent être utilisés en première intention (tableau). Ils permettent de lutter contre l’hyperacidité gastrique, mais présentent une efficacité limitée contre les vomissements. Ils ne sont performants que sur les vomissements d’origine gastrique. La spécialité vétérinaire à base de cimétidine (Zitac(r)) n’inclut pas le chat dans son autorisation de mise sur le marché (AMM) et la présentation ne leur est pas adaptée. La spécialité humaine à base de famotidine (Pepsidduo(r)) représente une bonne solution alternative avec 10 mg par comprimé à croquer.

En cas d’inefficacité des anti-histaminiques H2 ou lors d’IRA, il convient de choisir un antivomitif d’action centrale comme les antagonistes des récepteurs 5-HT3 de la sérotonine (ondansétron) ou les antagonistes de la substance P sur le récepteur NK1 (neurokinine), comme le maropitant. Aucune spécialité vétérinaire n’existe pour l’ondansétron et le Cerenia(r) (maropitant) ne possède l’AMM que chez le chien. Toutefois, l’administration de certaines spécialités humaines d’ondansétron chez le chat présente un coût relativement élevé.

L’utilisation du maropitant une fois par jour (par voie intraveineuse, sous-cutanée ou per os) présente une efficacité antivomitive avec une excellente sécurité d’emploi.

Le métoclopramide, antagoniste dopaminergique et agoniste sérotoninergique (5-HT4), et la dompéridone, antagoniste dopaminergique, possèdent une action antivomitive et gastrocinétique plutôt périphérique, donc moins intéressante. De plus, ils doivent être administrés deux ou trois fois par jour.

Conclusion

Les antivomitifs limitent les pertes hydriques par vomissement, la déshydratation et le bas débit sanguin glomérulaire dû à une hypoperfusion rénale.

Tout antivomitif doit être associé à un traitement adapté, étiologique (pour l’IRA) ou de fond (pour l’IRC), ce qui requiert une bonne démarche diagnostique et une analyse approfondie des causes du vomissement lorsque ce symptôme principal constitue le motif de la consultation.

TABLEAU
Antivomitifs utilisés chez le chat

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité