Le point Vétérinaire n° 322 du 01/01/2012
 

RADIOLOGIE

Quel est votre diagnostic ?

Caroline Fina*, Fouzia Stambouli**


*Unité d’imagerie médicale
ENV d’Alfort 7,
avenue du Général-de-Gaulle
94700 Maisons-Alfort
**Unité d’imagerie médicale
ENV d’Alfort 7,
avenue du Général-de-Gaulle
94700 Maisons-Alfort

Présentation clinique

Une chienne croisée âgée de 8 mois, non vaccinée, est présentée en consultation pour un abattement marqué, une anorexie, des vomissements non liés au repas et une diarrhée apparus 5 jours auparavant. L’animal est hypertherme. L’examen clinique met en évidence une conjonctivite bilatérale purulente, une tachypnée, avec des bruits respiratoires augmentés ainsi qu’une toux faible émétisante.

Des radiographies de face et de profil du thorax sont réalisées (photos 1 et 2).

Qualité de l’image

→ La densité, le contraste, la netteté et la finesse des détails sont satisfaisants. Une rotation minime est présente sur les deux incidences.

→ Les clichés ont bien été pris en inspiration (angle lombo-diaphragmatique situé en regard de T11-T12 sur l’incidence latérale et sommet de la coupole diaphragmatique en regard de T9 sur l’incidence de face).

Description de l’image radiographique

→ Une augmentation modérée de l’opacité pulmonaire est notée sur les deux incidences. Elle est généralisée, non structurée, d’apparence “brumeuse” et rend plus difficile la visualisation des structures vasculaires pulmonaires. Il s’agit d’une opacité interstitielle diffuse. Elle est plus marquée dans les lobes caudo-dorsaux.

→ La silhouette cardiaque est de taille modérément augmentée sur l’incidence latérale (trois espaces intercostaux et demi, 80 % de la hauteur thoracique) avec un arrondissement du bord cardiaque cranial, un rapport cœur droit-cœur gauche augmenté (75 %).

→ Enfin, les structures osseuses, les tissus mous extrathoraciques et l’abdomen cranial ne présentent pas d’anomalie.

Interprétation

→ Face à une opacité interstitielle et compte tenu de l’âge de l’animal, de son statut non vacciné et du tableau clinique (signes respiratoires et digestifs, et abattement marqué), l’hypothèse la plus vraisemblable est celle d’une pneumonie virale (maladie de Carré en particulier).

→ Néanmoins, la discrète cardiomégalie droite observée peut être attribuée à un défaut technique de rotation ou associée à une autre affection sous-jacente, comme une parasitose. La radiographie étant peu sensible pour détecter des anomalies cardiaques mineures, une échocardiographie est dans ce cas indispensable pour rechercher une hypertension pulmonaire.

→ La réalisation d’une RT-PCR (réaction en chaîne par polymérase en temps réel) sur sang confirme l’infection aiguë par le virus de la maladie de Carré.

DISCUSSION

Le diagnostic différentiel d’une opacité interstitielle généralisée est très souvent délicat à établir en raison de causes multiples possibles (tableau complémentaire sur www.WK-Vet.fr) [2, 3].

L’une des difficultés d’interprétation réside dans la distinction entre une lésion active (œdème ou hémorragie, par exemple), et une lésion cicatricielle ou évoluant selon un mode chronique (comme des lésions fibrosantes) [1]. Ainsi, il est nécessaire de tenir compte des circonstances d’apparition, du tableau clinique, des signes radiographiques associés, mais surtout de l’évolution des images radiographiques dans le temps.

Chez le jeune chien, les causes les plus fréquentes d’opacité interstitielle marquée sont les parasitoses pulmonaires (dirofilariose, en particulier) et les pneumonies virales [1]. Celles-ci sont largement représentées par le virus de la maladie de Carré. Les lésions radiographiques interstitielles ne sont pas spécifiques et souvent fugaces. Elles sont diffuses et plus évidentes en région caudo-dorsale, éventuellement hilaire. Les surinfections bactériennes sont concomitantes et la plupart des animaux sont présentés, à ce stade de surinfection, avec des lésions classiques de bronchopneumonie, de distributions craniale et ventrale. Dans ce cas, les images radiographiques correspondent au stade plus précoce de pneumonie virale et l’altération de l’état général associée à des signes respiratoires, digestifs et nerveux doivent faire privilégier cette hypothèse de maladie de Carré.

Références

  • 1. Myer W. Radiography review: the interstitial pattern of pulmonary disease. Vet. Radiol. Ultrasound. 1980;21 (1):18-23.
  • 2. Suter PF, Lord PF. Lower airway and pulmonary parenchymal diseases. Thoracic radiography: a text-atlas of thoracic diseases of the dog and cat. Stonegate Press, Davis, California. 1984.
  • 3. Maï W et coll. Chapter 12: The lung parenchyma. In: BSAVA Manual of canine and feline thoracic imaging. Ed. Wiley-Blackwell, Ames, Iowa. 2008:242-320.

Radiographie de face du thorax 1 : Opacité interstitielle des lobes caudaux.

Radiographie de profil du thorax 1 : Opacité interstitielle généralisée marquée en région caudo-dorsale ; 2 : Hauteur cardiaque augmentée ; 3 : Arrondissement du bord cardiaque cranial.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité