Le point Vétérinaire n° 319 du 01/10/2011
 

ANALGÉSIE FÉLINE

Fiche

Sophie Palierne

Service de chirurgie
ENV de Toulouse
23, chemin des Capelles
31076 Toulouse Cedex 03

Le traitement de l’arthrose chez le chat prend en compte les spécificités d’expression de la douleur, les difficultés d’observance d’un traitement à long terme et l’arsenal thérapeutique réduit dans cette espèce.

L’arthrose est très fréquente chez le chat avec une prévalence de 61 % chez les plus de 6 ans, et de 82 % après 14 ans (photo) [9]. La douleur arthrosique est souvent sous-évaluée dans cette espèce car elle s’exprime différemment de celle du chien. Elle est principalement caractérisée par une baisse de l’activité, un isolement de l’animal par rapport à ses congénères ou à l’homme, une baisse d’appétit ou encore l’apparition d’une agressivité inhabituelle [4].

La prise en charge de l’arthrose chez le chat est construite sur une approche multimodale comme chez le chien [5]. Le contrôle du poids corporel est tout aussi important dans les deux espèces. Les modifications environnementales, pour limiter les sauts par des aménagements, permettent d’améliorer les qualités de vie d’un chat arthrosique [10]. Prendre en charge la douleur constitue une part importante du traitement de l’arthrose chez le chat. La principale difficulté résulte du manque de données spécifiques et du faible nombre de molécules disponibles, et ce, pour des durées d’administration courtes (5 ou 6 jours au maximum) (tableau). Cette restriction est liée à la faible capacité du chat à la glucuronisation hépatique. Cette particularité métabolique explique les différences de toxicité de certaines molécules entre le chat et le chien (par exemple le paracétamol) ou de demi-vie (carprofène ou aspirine) [7]. Des médicaments métabolisés par oxydation doivent être utilisés en priorité. Seul le méloxicam est disponible pour un traitement de longue durée chez le chat (encadré). L’observance reste un élément essentiel de la réussite d’un traitement de longue durée contre l’arthrose. L’administration d’un médicament est souvent plus compliquée chez le chat que chez le chien. Ainsi il convient de choisir un médicament palatable pour que le chat l’accepte au-delà des premiers jours d’administration. De plus, il doit être facile à administrer pour que le propriétaire respecte bien la prescription. La formulation liquide du méloxicam semble réunir les qualités pour assurer une observance optimale [3]. Il est impératif de surveiller la fonction rénale et les éventuelles intolérances digestives lors d’un traitement de longue durée.

L’utilisation d’antalgiques est possible chez le chat [6, 7]. La réponse aux morphiniques est toutefois plus aléatoire que chez le chien et les doses doivent être personnalisées. Il convient d’initier le traitement à 0,1 mg/kg trois fois par jour et d’augmenter la dose au besoin sans dépasser 0,4 mg/kg.

Des chondroprotecteurs et autres neutraceutiques, comme l’association glucosamine et chondroïtine sulfate ou les acides gras oméga 3, sont disponibles pour traiter le chat arthrosique [1]. Cependant aucun essai clinique n’a permis d’en mettre en évidence l’efficacité et le mode d’action de ces molécules. Il serait intéressant de réaliser des essais contrôlés randomisés et de suivre l’effet de ces molécules sur un effectif suffisant, pour en assurer la puissance statistique. Même si les programmes de rééducation fonctionnelle sont plus faciles à adapter au chien, de nombreux exercices peuvent être destinés au chat, avec des résultats très encourageants [8]. Des compresses chaudes ou froides, la mobilisation passive, les ultrasons ainsi que diverses techniques de rééducation active peuvent être utilisés avec succès chez le chat.

(1) Médicament humain.

(2) Il n’existe pas d’étude de posologie chez le chat. La dose est extrapolée des études réalisées chez le chien.

Références

  • 1. Beale BS. Use of nutraceuticals and chondroprotectants in osteoarthritic dogs and cats. Vet. Clin. North Am. Small Anim. Pract. 2004; 34: 271-289, viii.
  • 2. Keller GG, Reed AL, Lattimer JC, Corley EA. Hip dysplasia: a feline population study. Vet. Radiol. Ultrasound. 1999; 40: 460-464.
  • 3. Lascelles BD, Henderson AJ, Hackett IJ. Evaluation of the clinical efficacy of meloxicam in cats with painful locomotor disorders. J. Small Anim. Pract. 2001; 42: 587-593.
  • 4. Lascelles BD, Robertson SA. DJD-associated pain in cats: what can we do to promote patient comfort? J. Feline Med. Surg. 2010; 12: 200-212.
  • 5. Palierne S, Autefage A. Actualités sur le traitement conservateur du chien dysplasique. Point Vét. 2011; 318: 30-34.
  • 6. Robertson S, Lascelles BD. Long-term pain in cats: How much do we know about this important welfare issue? J. Feline Med. Surg. 2010; 12: 188-199.
  • 7. Robertson SA. Pain management in the cat. In: ed. Gaynor JS, Muir W. Handbook of veterinary pain management. Mosby Elsevier St. Louis, Missouri. 2009: 415-436.
  • 8. Rychel JK. Diagnosis and treatment of osteoarthritis. Top Companion Anim. Med. 2010; 25: 20-25.
  • 9. Slingerland LI, Hazewinkel HA, Meij BP et coll. Cross-sectional study of the prevalence and clinical features of osteoarthritis in 100 cats. Vet. J. 2011; 187: 304-309.
  • 10. Sparkes AH, Heiene R, Lascelles BD et coll. ISFM and AAFP consensus guidelines: long-term use of NSAIDs in cats. J. Feline Med. Surg. 2010; 12: 521-538.

ENCADRÉ
Traitement de longue durée avec du méloxicam chez le chat

Le protocole de longue durée utilisable chez le chat est de 0,1 mg/kg/j le premier jour puis 0,05 mg/kg/j pendant une durée indéterminée. L’idéal est de trouver la dose minimale efficace (0,01 à 0,03 mg/kg) pour chaque individu, afin d’obtenir une meilleure tolérance lors d’une administration de plusieurs mois [10].

Image radiographique d’une arthrose coxo-fémorale sévère chez un chat

TABLEAU
Utilisation et formulation de divers médicaments utilisés dans le traitement de l’arthrose chez le chat

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Agenda des formations

Retrouvez les différentes formations, évènements, congrès qui seront organisés dans les mois à venir. Vous pouvez cibler votre recherche par date, domaine d'activité, ou situation géographique.

Calendrier des formations pour les vétérinaires et auxiliaires vétérinaires

En savoir plus

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité