Le point Vétérinaire n° 318 du 01/09/2011
 

Dossier

Voies, évaluation et traitement de la douleur arthrosique

Gwenola Touzot-Jourde

L’arthrose est une maladie dégénérative progressive et irréversible dont le symptôme principal est la douleur

Celle-ci provient de la stimulation de récepteurs nociceptifs présents dans les tissus aussi bien mous que durs, à l’exception du cartilage qui n’est pas innervé.

La douleur arthrosique revêt plusieurs formes :

sourde et constante quand elle touche l’os sous-chondral et la moelle osseuse, mécanique et aiguë à la mobilisation et à la mise sous tension de l’articulation, et, enfin, inflammatoire lors de poussées aiguës de la maladie.

Des grilles d’évaluation pratiques et concrètes

permettent à la fois d’évaluer l’intensité de la douleur, son impact sur la vie de l’animal, de suivre l’évolution de la maladie et d’évaluer l’efficacité des traitements mis en place.

Traitement allopathique de la douleur arthrosique

Thierry Poitte

L’arsenal thérapeutique

à la disposition du praticien dans la gestion de la douleur arthrosique est particulièrement varié.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens constituent la pierre angulaire de la prise en charge de la douleur arthrosique

De nouvelles molécules autorisent même le traitement d’individus insuffisants rénaux. La sélectivité COX-2 ne doit pas être recherchée à tout prix, car elle n’est pas toujours corrélée à un regain d’efficacité.

La complexité des voies de la douleur suggère l’emploi de coanalgésiques

Les chondroprotecteurs, le polysulfate de pentosane et les acides gras poly-insaturés semblent apporter une partie de la solution, malgré le manque de validation scientifique.

La pharmacopée humaine peut aussi être sollicitée en complément

afin de traiter les cas les plus réfractaires.

Prévention et gestion non médicamenteuse de l’arthrose

Karine Le Bleis

La prise en charge de la douleur arthrosique au moyen de l’allopathie seule ne suffit pas toujours

à traiter une affection aussi complexe que l’arthrose.

La mise en place d’une thérapie fonctionnelle et une réflexion globale sur l’environnement

de l’animal permettent de limiter les situations à risque.

L’emploi des médecines alternatives telles que l’ostéopathie, l’acupuncture, l’homéopathie et la phytothérapie peut être intéressant

Si la validation scientifique est souvent sujette à caution, il convient cependant de connaître l’existence de ces méthodes afin de les proposer aux propriétaires en leur expliquant leurs bénéfices et leurs limites.

Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité