Le point Vétérinaire n° 317 du 01/07/2011
 

CHIRURGIE ORTHOPÉDIQUE

Dossier

Didier Fontaine

Centre hospitalier
vétérinaire Atlantia
22, rue René-Viviani
44200 Nantes
dfontaine@chv-atlantia.com

L’implantation bilatérale de prothèse totale de hanche à double mobilité chez de jeunes chiens atteints de dysplasie coxofémorale invalidante est une technique nouvelle qui offre des perspectives d’amélioration considérable de la qualité de vie de ces animaux.

La situation des jeunes chiens en fin de croissance lorsqu’ils sont atteints de dysplasie coxofémorale (DCF) bilatérale grave est souvent dramatique. Les douleurs et le handicap qu’entraîne cette maladie altèrent sérieusement les déplacements et le confort de vie de ces animaux. Non seulement l’affection est irréversible, mais elle s’aggrave peu à peu et inéluctablement. Dans ces cas sévères, les traitements médicaux contre la douleur sont modérément efficaces et les résultats de la chirurgie bilatérale de résection arthroplastie tête-col fémoraux médiocres. Devant un tel état de choses, de nombreux propriétaires sont amenés à prendre la difficile décision de demander l’euthanasie de leur jeune animal, plutôt que de le laisser souffrir. Pourtant, une solution alternative réelle existe : le remplacement de chacune des deux hanches par une prothèse totale. C’est le protocole que nous employons avec succès depuis plusieurs années.

1 Technique chirurgicale

Lorsque l’atteinte coxofémorale est bilatérale, et c’est le cas le plus fréquent à ce stade, la correction chirurgicale l’est également (photos 1). Elle consiste en l’implantation, à 1 mois d’intervalle au minimum, d’une prothèse totale de hanche (PTH) sur chacune des hanches (photos 2 et 3). Le protocole opératoire est identique à celui de la pose d’une prothèse totale cimentée de hanche. En revanche, la phase postopératoire, qui impose de limiter l’exercice à des promenades calmes et en laisse pendant presque 2 mois, est plus difficile à gérer par les propriétaires en raison du comportement souvent fougueux de ces jeunes animaux. Dans notre série, sont utilisées les prothèses cimentées modulables de la marque française Amplitude. Ces dernières étaient standard jusqu’à la fin 2007, avec des résultats encourageants mais imparfaits, en particulier un nombre de luxations postopératoires relativement élevé. Depuis janvier 2008, l’emploi de la prothèse à double mobilité(1) a radicalement amélioré le pronostic, avec un taux de luxation nul à ce jour.

La luxation de la PTH, qui intervient en général dans les premières semaines postopératoires, est la complication, certes, la moins grave, mais la plus fréquente, tous indications et matériels confondus (3 à 11 % de l’ensemble des publications).

Les altérations anatomiques, donc biomécaniques, des hanches de ces jeunes chiens atteints de DCF bilatérale grave sont telles que le risque de luxation de la prothèse est accru.

Le concept de prothèse à double mobilité, dont il est démontré qu’il permet la diminution significative du risque de luxation postopératoire, représente ainsi un progrès important pour le traitement de ces animaux.

2 Résultats

Résultats cliniques

18 jeunes chiens ont été implantés de façon bilatérale entre octobre 2005 et mai 2010 : 10 avec la prothèse standard, 8 avec la prothèse à double mobilité. Le recul est donc de 5,5 ans à 1 an. L’âge lors de la première intervention chirurgicale est de 8,5 à 12 mois.

Les complications comportent trois cas de luxation avec la prothèse standard (dont une récidive après réduction manuelle), ce qui est très élevé (30 %) ; aucun cas de luxation de la prothèse à double mobilité et un cas de descellement de la cupule d’origine traumatique (fracture de l’os coxal à la suite de la chute d’une falaise). Toutes ont été corrigées chirurgicalement avec succès. La récupération fonctionnelle est rapide (de 3 à 6 semaines). Sur le cliché radiographique de contrôle effectué 1 mois après l’opération, il n’est pas rare de noter une amélioration des volumes musculaires de la cuisse et des muscles fessiers, signe d’une bonne utilisation du membre (malgré les conseils de prudence).

Résultats subjectifs

L’enquête de satisfaction, menée en novembre 2010 auprès des propriétaires de ces 18 chiens, est très encourageante. Tous les animaux ont une qualité de vie jugée normale. Et 7 d’entre eux chassent même régulièrement et avec efficacité. Tous les maîtres se déclarent satisfaits du résultat et de leur choix, en dépit du coût.

Conclusion

Pour un chirurgien, proposer une double intervention de pose de PTH chez des animaux aussi jeunes est difficile sur le plan éthique et nécessairement raisonné. La prise en compte des considérations cliniques est primordiale, tant il est vrai que « l’on n’opère pas une radiographie, mais un être vivant ». Le propriétaire du chien doit être informé de tous les aspects, y compris financiers.

Les interventions chirurgicales chez des individus aussi jeunes sont souvent plus délicates et les consignes postopératoires plus difficiles à maîtriser. Cependant, les évolutions technologiques des implants, associées à la nécessaire expérience du chirurgien, permettent d’améliorer considérablement les résultats.

L’implantation bilatérale d’une PTH à double mobilité est désormais l’indication de choix pour offrir un confort de vie normal à ces animaux atteints de DCF bilatérale grave. Le seul frein objectif à la mise en œuvre de cette méthode reste son coût (dans notre structure, celui-ci s’établit en moyenne, et sauf cas particulier, à 2 100 € par côté). Certains propriétaires ne peuvent assumer une telle dépense.

(1) Voir l’article “Données récentes sur l’excision arthroplastie de la hanche et la prothèse de hanche” de J.-L. Chancrin, dans ce numéro.

1. Double luxation coxofémorale chez un labrador de 11 mois. À ce stade, l’animal peut à peine marcher.

1. Cliché radiographique d’une double subluxation coxofémorale chez un retriever dysplasique âgé de 12 mois et pesant 27 kg, avant l’intervention chirurgicale.

2. Contrôle 1 mois après l’opération. Noter l’amélioration de la masse musculaire, déjà significative en un temps réduit.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité