Le point Vétérinaire n° 311 du 01/12/2010
 

IMAGERIE MÉDICALE

Quel est votre diagnostic ?

Anne-Sophie Bedu-Leperlier*, Fouzia Stambouli**


*Unité d’imagerie médicale
ENV d’Alfort
7, avenue du Général-de-Gaulle
94700 Maisons-Alfort
**Unité d’imagerie médicale
ENV d’Alfort
7, avenue du Général-de-Gaulle
94700 Maisons-Alfort

Qualité de l’image

→ La densité, le contraste et le positionnement sont corrects. Le cliché de profil est discrètement flou.

→ La phase de la respiration est satisfaisante, c’est-à-dire en fin d’inspiration sur les deux clichés :

– sur l’incidence latérale, l’angle lombo-diaphragmatique se situe en regard de T12 ;

– sur l’incidence ventro-dorsale, la partie médiane de la coupole diaphragmatique se trouve en regard de T10.

Description de l’image radiographique

→ Le volume thoracique est normal.

→ La densité thoracique est augmentée de manière généralisée dans l’ensemble du champ thoracique mais irrégulière, avec des zones nettement plus radio-opaques.

→ L’opacité pulmonaire est augmentée dans l’ensemble du champ thoracique.

De multiples plages d’opacité alvéolaire à contour flou, coalescentes, sont visibles dans l’ensemble des lobes pulmonaires et sont plus marquées dans les lobes caudaux. Ces foyers alvéolaires sont majoritairement localisés en périphérie du champ pulmonaire et la région péri-hilaire est épargnée. La présence de bronchogrammes et d’une image de continuité (ou d’un signe de la silhouette positive) entre les plages pulmonaires et le contour cardiaque ou diaphragmatique permet de caractériser l’opacité pulmonaire comme étant alvéolaire.

→ Sur l’incidence latérale, le rapport cœur droit-cœur gauche (3/4-1/4) est modifié, et l’aire de contact entre le cœur et le sternum est discrètement augmentée, signant une cardiomégalie droite modérée. Sur l’incidence ventro-dorsale, un bombement majeur est visible dans la zone de projection du tronc pulmonaire (entre 1 heure et 2 heures).

Interprétation

L’ensemble de ces signes chez un jeune animal évoque en premier lieu une angiostrongylose dans une région endémique comme la France.

→ L’analyse de selles par la technique Baermann a confirmé la présence de très nombreuses larves d’Angiostrongylus vasorum.

DISCUSSION

L’angiostrongylose est encore une maladie sous-diagnostiquée dans l’espèce canine, alors qu’elle touche l’ensemble du territoire français [2].

Elle est liée à la présence d’un nématode,Angiostrongylus vasorum, présent à l’état adulte dans le cœur droit et les artères pulmonaires.

Le chien s’infecte en ingérant des gastéropodes (limaces, escargots), hôtes intermédiaires d’Angiostrongylus [1-3]. Les signes cliniques sont variables, mais incluent le plus souvent des troubles respiratoires chroniques (toux, dyspnée), ainsi que des anomalies de la coagulation [1-3].

La radiographie thoracique joue un rôle essentiel dans la démarche diagnostique, bien que les signes observés soient polymorphes.

L’association d’une hypertension pulmonaire artérielle et de lésions pulmonaires alvéolaires multifocales ou périphériques chez un jeune chien doit fortement suggérer une infection par Angiostrongylus.

Le diagnostic de certitude est ensuite établi par la mise en évidence des larves d’Angiostrongylusdans les selles, le liquide de lavage broncho-alvéolaire ou sur des cytoponctions pulmonaires [3].

Références

  • 1. Boag AK, Lamb R, Chapman PS et coll. Radiographic findings in 16 dogs infected with Angiostrongylus vasorum. Vet. Rec. 2004; 154: 426-430.
  • 2. Chapman PS, Boag AK, Guitian J et coll. Angiostrongylus vasorum infection in 23 dogs (1992-2002). J. Small Anim. Pract. 2004; 45: 435-440.
  • 3. Koch J, Willesen JL. Canine pulmonary angiostrongylosis: An update. Vet. J. 2009; 179: 348-359.

Présentation clinique Un chien jack russel terrier âgé de 6 mois est présenté à la consultation pour une toux chronique évoluant depuis 1 mois. Depuis quelques jours, l’animal présente une baisse de l’état général. L’examen clinique révèle une dyspnée restrictive et des bruits pulmonaires augmentés à l’auscultation. Des clichés thoraciques de face et de profil sont réalisés (photos 1 et 2).

Présentation clinique Un chien jack russel terrier âgé de 6 mois est présenté à la consultation pour une toux chronique évoluant depuis 1 mois. Depuis quelques jours, l’animal présente une baisse de l’état général. L’examen clinique révèle une dyspnée restrictive et des bruits pulmonaires augmentés à l’auscultation. Des clichés thoraciques de face et de profil sont réalisés (photos 1 et 2).

Angiostrongylose chez un chien

Vue de profil 1 : Foyers alvéolaires multifocaux ; 2 : Image de continuité ou signe de la silhouette positive ; 3 : Bronchogrammes ; 4 : Région péri-hilaire épargnée ; 5 : Augmentation du contact cœur-sternum.

Angiostrongylose chez un chien

Vue de face 1 : Foyers alvéolaires multifocaux ; 2 : Image de continuité ou signe de la silhouette positive ; 3 : Dilatation du tronc pulmonaire.

Formations e-Learning

Nouveau : Découvrez le premier module
e-Learning du PointVétérinaire.fr sur le thème « L’Épanchement thoracique dans tous ses états »

En savoir plus
Publicité

L'infographie du mois

Boutique

Aussi bien destiné au vétérinaire, qu’à l’étudiant ou au personnel soignant, cet ouvrage vous apportera toutes les bases nécessaires à la consultation des NAC. Richement illustré de plus de 350 photos, doté de compléments internet vous permettant de télécharger des fiches d’examen et des fiches synthétiques par espèces, ce livre est indispensable pour débuter et progresser en médecine et chirurgie des NAC.
Découvrir la boutique du Point Vétérinaire

Newsletters


Ne manquez rien de l'actualité et de la formation vétérinaires.

S’inscrire aux Lettres vétérinaires
S’inscrire à La Lettre de l'ASV

Publicité